Archive pour juin, 2012

A propos de la vidéo: « Du Death Metal à Jésus Christ »

Posted in Hellfest with tags , , , , , , , , on 8 juin 2012 by Darth Manu

Le Collectif Provocs Hellfest ça suffit a rappelé récemment  l’existence d’un témoignage, posté sur DailyMotion et Youtube, qui émane d’un ancien amateur de metal extrême, dont l’expérience largement atypique de cette musique semble avoir été l’occasion de grandes souffrances psychiques et spirituelles, et qui s’est par la suite converti au christianisme, ce qui lui a permis de trouver une forme de paix intérieure.

Il se trouve que je connais cette vidéo depuis l’été 2009, lorsque j’ai pris connaissance de la polémique autour du Hellfest. J’ai alors été profondément  troublé par la manière dont son titre  semblait monter en épingle un témoignage magnifique, mais isolé, pour stigmatiser une communauté toute entière. Cela n’a pas été pour rien dans ma décision l’année d’après de m’engager dans ce débat, et je lui ai consacré sur mon précédent blog, Aigreurs Administratives, le tout premier article que j’ai écrit sur le métal. Ce billet est intitulé: « Du metal à Jeus Christ au metal ( à Jésus Christ) » et a été publié le samedi 20 février 2010. Je le reproduis ci-dessous:

 » « Du death metal à Jésus Christ« : j’ai découvert ce témoignage en surfant sur Google l’été dernier, lorsque la polémique autour du Hellfest commençait à retomber. Il m’a laissé une impression très mitigée.

En tant que chrétien, je me réjouis évidemment de cette conversion, de la Grâce qui a été faite à ce jeune homme, qui a découvert l’amour que Dieu lui porte et qui y a puisé la force de renoncer à tout ce qui était source de souffrance pour lui et qui brouillait ses relations avec se proches, l’enfermait dans une forme de mensonge permanent à lui-même et à autrui. C’est un très beau témoignage, au travers duquel je perçois très nettement l’action de l’Esprit Saint.

Par contre, l’usage qui semble en être fait sur un certain nombre de sites cathos me trouble profondément. S’il est certain que la musique metal n’est nullement étrangère à plusieurs comportements nuisibles à ses émules (alcoolisme, scarifications, discours hostiles au christianisme) et à autrui (provocations gratuites, une poignée de faits divers largement médiatisés), c’est à mon sens de façon incidente et ne met pas en cause sa nature, ni sa finalité.

En sens contraire en effet on peut évoquer le témoignage de jeunes que l’écoute du metal a détournés de leurs pulsions auto-destructrices. Le père Robert Culat, dans son livre L’Age du metal (Editions du Camion Blanc, septembre 2007), en cite plusieurs:

« Le metal m’aide à purger mon agressivité.L’écoute du Death metal m’apaise ». (p. 187)

« Personnellement le metal me renforce, me régénère, il me permet de ne pas sombrer dans une dépression en voyant dans quel monde nous vivons ». (p. 188)

« Cette musique m’a servi d’exutoire à l’époque où j’avais besoin de défouler une violence contenue qui aurait pu déboucher sur des actes autrement rédhibitoires ». (p. 189)

Et si je puis me permettre d’apporter mon propre témoignage, je ne suis pas d’accord du tout non plus pour décrire le metal comme une musique par nature source de colère et de souffrance.

Il est vrai que lorsque j’ai commencé à écouter du metal (surtout du heavy et du black), je sortais de l’adolescence et me suis détourné de mon éducation chrétienne et de ma foi par des attitudes et des opinions néfastes et courantes chez certains métalleux. Il est tout aussi vrai que lorsque je suis retourné dans l’Eglise, j’ai arrêté d’écouter pendant plusieurs années des groupes de metal, et j’ai essayé de faire une croix sur cette période de ma vie.

Et j’en ai ressenti de la souffrance. J’avais l’impression de me couper d’une certaine forme de beauté dont l’expérience m’avait été donnée. Je n’arrivais pas à faire le lien entre ce que je concevais comme mon devoir de chrétien et le souvenir que je gardais de mes amis métalleux. J’avais l’impression d’être écartelé entre deux vérités dont j’avais été témoin, aussi incontournables l’une que l’autre et pourtant apparemment incompatibles.

J’ai recommencé à écouter du metal, en choisissant des groupes chrétiens pas trop méchants comme Stryper. Puis je suis passé au unblack metal, avec des groupes comme Antestor. J’ai découvert que des chrétiens essayaient de réconcilier leur passion du metal avec leur foi, comme les groupes de metal chrétien, comme le père Culat, comme les membres du groupe facebook « Je suis chrétien, j’écoute du metal et ce n’est pas contradictoire ».

J’essaie actuellement de faire oeuvre de discernement à la façon ignatienne, en prêtant attention à ce que le metal me fait, aux mouvements qu’il suscite dans mon coeur. Et malgré tout ce que certains peuvent dire sur l’incompatibilité apparente entre les ambiances nihilistes et désespérées propres au black metal et la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, je rejoins le témoignage cité plus haut qui mentionnait l’influence apaisante du death metal. En donnant une structure (si déstructurante soit-elle par rapport aux styles musicaux plus répandus) et un rythme (parfois à la limite du supportable mais évocateur et rempli de signifiants) à des angoisses et des fantasmes jusqu’alors non formulés, le metal extrême les exorcise et leur donne de la beauté, une source de significations potentiellement positives et créatrices d’espoir dans la vie et l’âme de l’amateur de black metal que je suis. Et si personnellement je ne suis pas musicien, cette beauté qui surgit dans leur vie, là où ils voyaient peut-être un peu trop de laideur, incite les amateurs de cette musique qui jouent d’un instrument à créer plutôt que détruire.

Je n’ai pas fini mon discernement, mais ce point où j’en suis me paraissait suffisamment important pour le partager avec vous.

Pour finir, je voudrais vous fournir une dernière piste de réflexion: l’aumônerie de ma paroisse, où je suis animateur, a organisé la projection du film D’une seule voix, qui montre la tournée en France d’un orchestre composé d’iraeliens juifs et arabes, et de palestiniens. On y trouve des musiciens de hip hop, style parfois aussi contesté que le metal. Tout le monde a trouvé ce film très beau, très proche du message de l’Evangile. Et bien le groupe israélien Orphaned Land, qui a certes développé une identité très singulière, mais qui est parti du death metal, ne cesse au fil de ses albums de chercher à promouvoir la paix entre chrétiens, juifs et musulmans, et revendique avec fierté son succès auprès des jeunes palestiniens.

Où est la différence? »

Publicités

Hellfest, Holyfest… et pourquoi pas les deux?

Posted in Hellfest with tags , , , , , , , , on 6 juin 2012 by Darth Manu

Pas très motivé par la nullité de la plupart des actions récentes contre le Hellfest, je me suis concentré sur d’autres sujets dans mes derniers articles (la seconde partie de ma réflexion sur la catharsis devrait être publiée d’ici lundi prochain, soit dit en passant). C’est pourquoi je n’ai parlé ni de la pétition d’Avenir de la Culture, pompée à 99% sur d’autres sites et dont les arrières-pensées politiques paraissent si douteuses que même le Collectif Provocs Hellfest Ca Suffit a déconseillé de la signer, ni de l’action en justice de l’AGRIF et de l’article récent de l’Humanité (dont les cathos anti-Hellfest se sont moqués, notamment dans Nouvelles de France) qui ont en commun de faire un amalgame simpliste entre imagerie guerrière et apologie du nazisme.

Je reprends cependant aujourd’hui la plume à propos de cette polémique, suite à un échange ce matin sur Twitter avec le collectif Culture et Foi, qui a porté à mon attention un nouvel angle d’attaque des catholiques hostiles au Hellfest: opposer ce dernier au Holyfest, festival de musique chrétienne dont la première édition est prévue le 30 juin et le 1er juillet prochains à Arradon, dans le Morbihan. Par exemple:

 » Vous êtes « Holyfest » ou « Hellfest » ?
 Anne Kerjean , le 21 avril 2012 à 18:20 
Lu sur le site du Holyfest : 
HolyFest est un festival jeune de musique chrétienne ouvert à tous,
qui se déroulera du 30 juin au 1 juillet 2012. À l’initiative, un groupe
de jeunes du diocèse de Vannes qui, épaulés par leur évêque, a voulu
répondre à l’appel de Benoît XVI à l’évangélisation. Comme têtes d’affiches cette année, Glorious et LZ7 vont faire vibrer
le campus du Vincin, où se déroule l’événement ! En plus de ces deux
groupes, 2 artistes tenus secrets pour le moment complèteront la fête !
Et le côté spirituel ne sera pas mis de côté pour autant : rencontres,
débats, messe, adoration, etc. seront organisés pendant toute la durée
du festival. Des intervenants de qualité, des artistes qui déchirent, du
matériel de pro, une ambiance de dingue et même un DJ en live à minuit,
rien n’est mis de côté.

« Je ne suis pas fan, mais l’idée est bonne… » (a.k) » (Chrétienté-info)

 Côté défenseurs du Hellfest, certains se sont également emballés:

 » HolyFest, pour concurrencer le Hellfest… navrant….

Après Christine Boutin, après les messes en parallèle au Hellfest pour empêcher Satan de revenir sur Terre, voici le HolyFest !

T’es jeune ? t’es catho ? tu aimes le rock chrétien ? tu aimes faire des randonnées à genoux ? Saint Jacques est un objectif pour toi ? Alors le Holy Fest est pour toi !!! Et c’est dans le Morbihan…. “À l’initiative, un groupe de jeunes du diocèse de Vannes qui, épaulés par leur évêque, a voulu répondre à l’appel de Benoît XVI à l’évangélisation.” »(Nantes Secteur Ouest)

 Autant dire que cette façon de mettre en concurrence ces deux festivals m’ENERVE profondément. Voici pourquoi:

1) Le nom ne dit pas tout: 

Ce n’est pas parce qu’un festival s’appelle  « Hellfest » qu’il vise à choquer les chrétiens. D’une part, « Hell » a des connotations plus étendues, eet pour certaines plus neutres, que le seul Enfer chrétien. D’autre part, on peut y voir de manière beaucoup plus plausible un simple clin d’oeil potache à la réputation « sulfureuse » du rock puis du metal.

Et inversement, ce n’est pas parce que le nom « Holyfest » évoque le Hellfest que la visée des organisateurs est nécessairement de créer une réponse chrétienne à ce dernier. Au contraire, ils s’en défendent explicitement sur leur page facebook:

 » Julien Hl: un site anti hellfest (provocs hellfest, ça suffit pour le citer) fait la promo du holyfest. question : adhérez vous aux propos tenu par ce genre de site, ainsi qu’à leurs demandes de censures par pétition?
2 juin, 11:22 · J’aime

HolyFest: HolyFest n’est pas le porte parole d’une cause ou d’un mouvement, nous ne sommes pas un lobby ou un groupe de pression nous n’avons donc pas à prendre position. Notre seul souhait est de proposer un festival de musiques chrétiennes actuelles de qualité. Nous nous construisons en proposition et non en adhésion ou en opposition.
dimanche, à 19:04 · J’aime

Julien Hl: genre quelques soient ceux qui vous font de la pub faut pas cracher dans la soupe…… -_-‘
Hier, à 13:51 · J’aime

HolyFest: Le site Provocs HellFest a publié de son plein gré un article sur notre festival. Cela ne signifie en rien que le festival s’inscrit dans la lignée des critiques faites par ce site sur le HellFest. Aucun rapprochement, comparaison ou opposition ne doivent être effectués.
il y a 21 heures · » (page facebook du Holyfest).

 Sans doute les catholiques si prompts à la « riposte » seraient bien inspirés de vérifier leurs sources avec la même rigueur et la même honnêteté qu’ils demandent aux médias, dès lors qu’il s’agit de l’Eglise, et auraient pu par exemple tout simplement demander aux organisateurs du Holyfest de préciser leurs intentions, au lieu de les faire séance tenante les porte-étendarts d’une croisade qui n’est pas nécessairement la leur.

2) Comparer ce qui est comparable: 

Faire connaitre une initiative telle que le Holyfest, qui vise à réconcilier culture contemporaine et foi chrétienne, cela me parait excellent. Par contre, en profiter pour faire des comparaisons irréfléchies et partisanes ne peut selon moi que fausser l’image de ce festival auprès de l’un de ses coeurs de cibles: les jeunes qui aiment la musique, sont intéressés par le christianisme mais hésitent à faire le premier pas, et risquer de les e détourner:

– les finalités respectives du Hellfest et du Holyfest ne sont clairement pas les mêmes: le Holyfest a un objectif d’évangélisation, et n’invite que des groupes chrétiens. Le Hellfest se veut purement à visées musicales, et non seulement ne se limite pas aux groupes « christianophobes », mais invite également ceux qui pronent la tolérance et le dialogue avec les religions (Orphaned Land l’an dernier), mais également, et depuis plusieurs années, des groupes chrétiens, comme je le montrais dans un article précédent.

– Leur rayonnement culturel est sans rapport: le Holyfest accueille trois groupes, le Hellfest trois fois cinquante groupes. Le premier invite des groupes respectables, qui arrivent à créer une bonne ambiance delouange et de prière lors des rassemblements chrétiens du genre FRAT ou JMJ, comme Glorious. Le second accueille des groupes qui ont tourné des pages essentielles de l’histoire du rock et de ses dérivés, ainsi Ozzy osbourne, Lynyrd Skynyrd, Judas Priest, Scorpions, Slayer, … J’aime bien Glorious, j’ai assisté récemment à un de ses concerts à Cergy avec mon groupe d’aumônerie, dont j’ai gardé un bon souvenir. Maisen terme de virtusosité technique et d’innovation musicale, il semble très en dessous de beaucoup de groupes conviés au Hellfest. Opposer le Holyfest au Hellfest ne peut qu’être défavorable au premier, ne serait-ce que du fait de la différence de moyens et de niveau musical, et donner l’impression que pour les catholiques, la musique n’est que le prétexte à une forme d’entrisme idéologique et n’est jugée que sur ses seuls paroles, sans recherche de profondeur musicale ou de créativité artistique. Faire de l’art un prétexte, ce n’est pas le but du Holyfest, mais l’utilisation polémique qui en est faite par certains lui en donne l’apparence, et sape ses efforts d’évangélisation…

-Les registres musicaux ne sont pas les mêmes: si le Holyfest était un festival de metal chrétien, on pourrait encore discuter, mais il se focalise surtout pour l’instant sur la pop- louange, qui n’a pas grand chose à voir musicalement avec le metal. Opposer le Holyfest au Hellfest, c’est donner l’impression qu’une sensibilité religieuse chrétienne, tournée vers des musiques plus sucrées, s’opposerait à une sensibilité musicale plus virile, intrinsèquement anti chrétienne, ce qui est une caricature et du débat autour du Hellfest, et du christianisme, dont la plupart des anti-hellfest se sont toujours défendus, et qui ne peut qu’aller contre une perception plus favorable de notre foi dans la culture contemporaine.

3) Ne pas privilégier les oppositions artificielles au détriment des passerelles:

Cette opposition théorique entre les deux festivals semble présupposer que l’on doit choisir entre les deux. Mais plusieurs métalleux qui participent au Hellfest se sont montrés très tôt intéressés par le Holyfest, comme la page facebook de ce dernier en témoigne:

 » Julien H: moi je vais au hellfest, et j’ai envie de vous dire bravo! enfin une forme de contestation intelligente! au lieu de critiquer bêtement vous faites votre propre festival avec votre musique, très bien ça ^_^ on va finir par s’entendre 😉
2 février, 12:18 · J’aime · 15

Lou Tou: Moi j’aimerai faire les 2 HellFest et HolyFest !!!! On peut être catho et metalleux !!!
6 février, 15:49 · J’aime · 4

Julien H: bon après selon la tenue pour le hellfest (on a parfois du très très lourd) éviter de mettre la même pour le holyfest….. ou alors le holyfest avec un t-shirt hellfest et inversement…juste pour le fun :p
6 février, 20:47 · J’aime · 2

Maxime P: Exactement on peut être catho et métalleux (je le suis mêm si je suis plus hard rock style guns n’ roses) Et il ne faut pas faire l’amalgame des contestations de certains intégristes avec l’Eglise !!
6 février, 22:57 · J’aime · 1

Lou T: Pour ceux que sa interesse j’ai fondé un groupe facebook sur le metal chrétien (ouvert à tous chrétien ou non) https://www.facebook.com/groups/112597992121331/
Vive le métal chrétien!!!!!
Parce que le métal chrétien est une exellente manière pour les chrétiens amateur…
Afficher la suite
7 février, 12:40 · J’aime · 2

Émeline L: trop envie d’y aller!!!
8 février, 18:54 · J’aime · 1

Kévin K: Je trouve complètement idiot de considérer ce genre de festival comme étant une sorte de réponse au Hellfest. D’après ce que j’ai pu voir, le Holyfest affiche clairement sa volonté de proposer des groupes/artistes à vocation Chrétienne (mêm…
Afficher la suite
10 février, 18:01 · J’aime

HolyFest: Notre festival ne s’oppose à rien ni personne : nous proposons juste notre musique !
11 février, 10:28 · J’aime · 1 » (page facebook du Holyfest).

 Le Holyfest est une passerelle possible avec la musique populaire. L’opposer d’emblée à l’un des festivals les plus importants de celle-ci, c’est en faire un repoussoir pour ceux-là mêmes qu’il souhaite amener à porter un regard plus favorable sur le christianisme.

 Surtout, il est remarquable de constater l’évolution comparée des métalleux envers le christianisme, et des catholiques envers le metal. Il fut un temps où les groupes de metal chrétiens étaient ostracisés sur certaines scènes metal: en témoignent par exemple les déboires d’Antestor avec le label Cacophonous Records, ou encore l’annulation par Enslaved, plus récemment, d’un concert prévu avec le groupe Slechtvalk sous la pression de certains fans. Et pourtant, ils sont de nos jours de mieux en mieux acceptés et intégrés au sein du metal mainstream. Certains sont invités au Hellfest… Et rien que pour cette année, il me vient spontanément en tête plusieurs chroniques très positives d’albums de groupes ouvertement chrétiens sur des sites importants de metal mainstream: ainsi concernant Betraying The Martyrs (deathcore), Theocracy (power metal) ou encore A Hill To Die Upon (death/black metal).

Alors que comme en témoignent cette polémique, et les nombreuses initiatives lancées cette année contre le Hellfest, de nombreux catholiques choissement la crispation et la confrontation plutôt que de profiter de ces ouvertures, et préfèrent concevoir la culture comme un champ de bataille plutôt que comme le lieu d’un dialogue, à rebours de cette belle initiative que le Holyfest demeure, se définir en opposition à une culture non chrétienne plutôt qu’en proposition d’une culture chrétienne…

Il ne fait pas de doute que face à la déchristianisation de notre société, il est primordial de dialoguer avec nos contemporains et de les informer, afin qu’ils aient une vision plus  exacte et juste du christianisme et de l’Eglise. Il ressort pourtant de ce billet, et notamment du fait que beaucoup de metalleux semble de mieux en mieux disposés envers le christianisme qu’il y a quelques années, en sens inverse notre propre évolution par rapport à la culure contemporaine,  qu’en nous mettant à leur écoute, nous avons égelement beaucoup à gagner en terme d’enseignements et de remises en questions.

En attendant, je souhaite une édition plein de succès, et sans incidents, aussi bien au Hellfest (où je serai présent sur toute sa durée dans une dizaine de jours) qu’au Holyfest (auquel je ne pourrai malheureusement pas assister cette année)!!! 🙂