Haine partout, justice nulle part?

Bon, sans doûte pas nulle part, heureusement, mais je n’ai pas pu me retenir, vu la propension apparente de certains à voir la haine toujours chez l’autre, jamais chez eux-mêmes…

Doooonc… Mardi dernier, après un premier feu nourri la semaine précédente contre la programmation 2012 du Hellfest, le blog du Collectif Provocs Hellfest a été supprimé purement et simplement par son hébergeur. Il est réapparu aujourd’hui en ligne.

Le Collectif donne l’explication suivante à cette suppression intempestive et momentanée:

« On a voulu nous faire disparaitre…
En début de semaine, notre blog a été supprimé par notre hébergeur, au motif qu' »il ne respecte pas les conditions d’utilisation suivantes : HATE » !!
Ayant aussitôt réagi, le blog vient d’être rétabli: « l’équipe légale a vérifié votre blog et l’a remis en ligne. »
Blogger le reconnaît: pas de haine sur nos pages ! Il faut aller la chercher ailleurs !
Voilà donc la réponse que nous pouvons apporter à tous ceux que notre blog dérange, et qu’ils auraient bien vu disparaître… » 

Mes lecteurs réguliers savent que je n’ai pas beaucoup de sympathie pour le combat du Collectif, et que j’ai consacré de nombreux billets à réfuter ses arguments et ses thèses.

Ce que je leur reproche principalement, c’est d’annoncer la fin du dialogue et de faire oeuvre de lobbying pour pousser les autorités publics et les organisateurs du festival à censurer le contenu de celui-ci, en n’invitant plus de groupes hostiles au christianisme, ou qui utilisent des thématiques liées à l’occultisme ou au satanisme dans leurs textes et dans la mise en scène de leurs concerts. Non pas que j’apprécie les paroles des groupes de black ou de death ou autres ouvertement hostiles au christianisme, loin s’en faut, mais parce que je pense que le respect se gagne par le témoignage, le respect de la parole d’autrui, aussi déplaisante et erronée soit-elle, et par la contradiction sereine, et jamais par la contrainte.

Je m’en suis expliqué dans de nombreux billets, où je montrais notamment les limites de l’approche judiciaire (inciter à la haine, ce n’est pas simplement critiquer, même de façon injuste, mais pousser à des actions violentes ou discriminatoires contre une catégorie de personne) et de la confrontation directe, qui nourrit les communautarismes et enferment les deux camps dans les certitudes plutôt que de les apprenre à se connaitre et à se respecter:

« A lutter contre la christianophobie, les catholiques finissent par n’avoir que des choses à combattre dans notre société et aucune à proposer. S’enfermer dans une posture d’auto défense permanente, sans rien donner qui puisse avoir du sens et de l’intérêt pour les membres de notre société déchristianisée, c’est nous condamner à court terme à ne plus du tout être entendus, voire à être combattus à vue, et à ne plus pouvoir transmettre l’évangile, ce qui est pourtant beaucoup plus au coeur de notre mission que la lutte contre la “christianophobie”.

A force de traiter la culture contemporaine comme une maladie plutôt que comme un terrain d’échange, de dialogue et de construction, nous nous marginalisons et augmentons le ressentiment à notre égard. » (« Christianophobie », christianofolie?).

« C’est pourquoi entre la voie préventive face à l’injure publique (censure préalable: par exemple faire pression sur les collectivités pour interdire la représentation, ou chercher à l’entraver en gênant son financement) et la voie répressive (le procès pour undélit constitué: injure, diffamation, discrimination…) je choisis résolument la seconde. Je reconnais qu’elle est très difficile à appliquer, comme ce billet de Nicolas Mathey tend à le démontrer, et je dis “tant pis!”: la liberté d’expression a plus de prix pour moi que l’interdiction d’une ou deux pièces obscures jouant la provo facile. » (Faut-il dissuader l’Etat et les collectivités territoriales de subventionner les oeuvres antichrétiennes?).

« Pour prouver qu’un groupe incite à la haine contre les chrétiens, il ne suffit donc pas de citer des textes à consonnance satanistes ou des propos qui condamnent le christianisme dans son ensemble, ou de dénoncer des métaphores morbides et blasphématoires. Il faut démontrer que les artistes incitent activement leurs auditeurs à passer à l’acte. En l’absence de cet élément, toute pression sur les autorités ou les organisateurs du festival pour censurer des groupes hostiles au christianisme est en elle-même une atteinte scandaleuse à la liberté d’expression, quand même garantie par notre Constitution et dont nous chrétiens nous réclamons nous-mêmes pour notre propre protection.  » (Hellfest: respecter autrui dans mon expression… comme dans la sienne).

Il est donc clair que je comprends et partage l’irritation de beaucoup de métalleux face aux attaques incessantes du Collectif contre le festival qui chaque année leur donne certaines des meilleurs journées, et certains des meilleurs souvenirs, de leur vie (leur « pélerinage », m’ont dit certains, et ayant participé à nombre de pélerinages catholiques ainsi qu’au Hellfest, s’il est vrai que ces manifestations portent sur des réalités d’ordre très différents, je trouve que l’analogie a du sens, dans une certaine ambiance, une certaine expérience de la communauté…).

Je me demande pourtant par quel processus de pensée rancunier et délirant certains ont pu penser que demander à l’hébergeur du Collectif de le censurer purement et simplement constituait une réponse adaptée à ses « provocs ».

Je suis catholique, et je n’aime pas les paroles satanistes ou blasphématoires de certains groupes. Pourtant, je peux comprendre que pour certains, elles puissent constituer un défouloir par rapport à ce qui leur parait constituer des points « noirs » de l’Eglise: les affaires de pédophilie, l’Inquisition, certains aspects de son enseignement moral, etc. Je ne suis pas d’accord avec eux sur la plupart de ces aspects « controversés » de l’Eglise, mais je respecte leur sincérité et leur souffrance.

De même, en tant que métalleux, je n’aime pas les amalgames, les erreurs et les caricatures portées dans les dénonciations des catholiques anti Hellfest.  Pourtant, je peux comprendre qu’un catholique qui a une foi et une vie spirituelle quotidiennes et fécondes, et qui ne connait le metal que par le ouï-dire et les postures et les textes de certains groupes, puisse être choqué, voire effrayé par l’image qui lui est renvoyée du Hellfest. Je les désapprouve, je pense qu’ils ont tort, mais je respecte tout autant leur souffrance et leur sincérité (de beaucoup d’entre eux en tout cas).

Les anti hellfest ne comprennent pas grand chose à la réalité du festival, mais ils existent, leur engagement est parti pour durer, et contrairement à ce que certains croient, ils ne sont pas qu’une poignée. En octobre dernier, pour protester contre deux pièces de théâtre obscures, Civitas, qui incarne une tendance infiniment plus dure que le Collectif,  a réussi à rassembler à Paris plusieurs milliers de personnes. Les jeunes catholiques qui ont fait de la garde à vue pour avoir jeté des oeufs ou de l’huile de vidange sur des spectateurs ou autres actions d’éclat dépassent la centaine.Je le déplore, mais ils constituent désormais une force de nuisance conséquente, et on est bien forcés de faire avec.

Les ignorer reviendrait à laisser tout le champ de la parole publique à ceux qui jouent sur leur peurs et leurs préjugés, ou qui attaquent la « christianophobie » en toute ignorance.

Les faire taire  par la contrainte, c’est les conforter dans dans leur sentiment de victimisation et de persécution, dans la thèse fausse suivant laquelle l’opinion et les pouvoirs publics persécuterait les chrétiens, comme dans certains pays arabes, comme dans la Rome antique.

Et puis il est ridicule de soutenir simultanément que le Collectif, qui, c’est d’ailleurs triste à dire, est beaucoup plus modéré dans ses positions que la plupart d’entre eux, incite à la haine d’une manière qui doit conduire leur hébergeur ou les pouvoirs publics à les faire taire, et que les textes de Marduk, de Belphégor, ou autres groupes qui ont été invités au Hellfest ou qui le seront un jour doivent être défendues au nom de la liberté d’expression. Soit on tient ce principe de la liberté d’expression pour tous, dans les limites définies par la loi, soit on ne le tient pour personne. Outre que les textes du Collectif, malgré les erreurs consternantes qu’ils diffusent, ne sont, ni moralement, ni juridiquement, des appels à la haine, vouloir les censurer, c’est leur donner raison, en admettant que la contrainte institutionnelle est la réponse la plus juste et la plus efficace aux conflits entre communauté. C’est transformer la polémique en pur rapport de force, en lutte frontale et ouverte, ce qui ne s’achève jamais vraiment et peut se renverser. Vouloir anéantir la parole de l’autre, c’est une illusion qui alimente le ressentiment. C’est donner raison aux extrêmistes du type Civitas, qui n’hésitent pas à prendre des libertés avec la démocratie et avec la loi, là ou le Collectif joue encore le jeu de l’opposition démocratique.

Plutôt que de renverser les « phobies », d’intenter au Collectif un procès en « metallophobie » comme il nous intente un procès  en « christianophobie », en attribuant ses arguments à la « haine », plutôt qu’au malentendu, à l’incompréhension, ou au manque de discernement, faisons lui justice de ce qui est réellement sa démarche, ne la discréditons pas par des qualificatifs tous faits, qui l’enferment dans une irrationalité supposée mais pas démontrée. Ne lui donnons pas la justice qu’il nous administre, mais celle que nous attendons de lui. Sinon comment le faire douter de sa démarche et lui montrer l’erreur de son engagement?

Face à certaines manifestations culturelles anti chrétiennes, le blogeur Koz a aujourd’hui appelé les cathos à trouver « la note juste »:

« En tant que catholiques ordinaires, il faut que nous trouvions la note juste. C’est très difficile car on risque de tomber dans deux pièges : le piège de la provocation gratuite de certains artistes qui savent que ça marchera toujours de cogner sur le Christ, ça fait venir des visiteurs. Le deuxième piège, c’est le piège de Civitas dont un des objectifs est de se poser en défenseur du Christ et de gagner une légitimité de ce côté-là et de mettre en porte-à-faux le reste de l’Église en disant qu’ils n’ont pas le courage de réagir. Cela déstabilise beaucoup de chrétiens.  » (Entretien avec Atlantico).

Il me semble que cela peut valoir aussi pour les partisans du Hellfest. Il faut pour nous aussi trouver la note juste: non pas se taire, au risque que la seule parole publique sur cette polémique soit une parole de condamnation. Non pas chercher à faire taire, au prix d’ajouter de l’eau au moulin de ceux qui crient à la persécution des cathos. Mais  contredire fermement, mais dans l’écoute, le dialogue et la sérénité. Quand je vois les commentaires sur mon blog, sur celui des Yeux Ouverts, ou ailleurs, je suis heureux de constater que c’est la voie choisie par de plus en plus de métalleux. Et je suis convaincu que sur le long terme, elle porte des fruits: les arguments se nuancent peu à peu de part et d’autre et le ton se fait plus cordial (je remarque d’ailleurs que Les Yeux Ouverts est passé d’un système de modération a priori de ses commentaires à un système a posteriori, ce qui suggère qu’il a davantage confiance que par le passé en ses interlocuteurs métalleux). Continuons sur cette bonne voie, au lieu de donner de bons arguments à ceux qui nous critiquent et qui en avaient jusqu’ici le plus souvent de mauvais…

Publicités

47 Réponses to “Haine partout, justice nulle part?”

  1. Salut,
    Je veux tout d’abords te faire part des points d’accord avec ton billet :
    1. Nécessité du dialogue,
    2. Nécessité du discernement,
    3. Nécessité de prendre la mesure de l’engagement des « anti hellfest ».

    Mes points de désaccord maintenant :
    1. L’anti christianisme et/ou le satanisme sont des réalités de ce festival qu’il convient de dire sans détour,
    2. L’argent public n’a pas pour vocation de financer ce qui ne sert pas le bien commun.

    J’aimerais bien, c’est peut-être un rêve, que les cathosmétalleux , je n’en suis pas, montent davantage au créneau auprès de l’orga et des pouvoirs publics car ils tiennent pour une bonne part, la solution.
    Je ne peux pour conclure que rappeller cet excellent billet dont je m’étais fait l’écho : « Pourquoi tant de haine » publié sur « Radio metal »
    http://www.radiometal.com/article/hellfest-pourquoi-tant-de-haine,10457

    • « 1. L’anti christianisme et/ou le satanisme sont des réalités de ce festival qu’il convient de dire sans détour, »

      Non, le festival invite quelques groupes qui ont un discours antichrétien ou sataniste. Mais sa finalité est musicale et non idéologique, comme nous avons régulièrement discuté. Je ne peux pas te laisser attribuer à des gens un discours qui n’est pas le leur.

      « 2. L’argent public n’a pas pour vocation de financer ce qui ne sert pas le bien commun. »

      Mais tu n’as jamais démontré de manière convaincante que financer le Hellfest était contraire au bien commun. J’en profite pour dire que tu pars à mon avis d’une définition fausse de ce qu’est une contre-culture, quand tu rappelles que certains métalleux présentent le metal comme une contre-culture. J’ai un billet en préparation sur le sujet.

  2. Natural_Induction Says:

    Vous avez raison de rappeler qu’il n’y avait rien d’illégale ni de haineux à proprement parler dans les articles du collectif provochellfestcasuffit, il ne faudrait pas que l’on retombe dans une bataille rangée entre metalleux et cathos alors même que, comme vous l’avez soulignez, de larges progrès ont étés faits depuis 2010.

    A titre personnel, je n’ai pu m’empêcher de rire un peu envoyant cette suppression car j’ai pensé à une erreur technique de la part de l’administration de blogger, un sorte de « coup du destin » (Mais visiblement ils en font bel et bien une s’ils suppriment à priori les sites…) mais il faut bien avouer qu’elle n’est pas du tout justifiée. Même si je désapprouve la majorité de ce qu’ils racontent, ils ont tout à fait le droit de ne pas aimer le metal (mais ce serait bien qu’ils ne l’aime pas seulement pour de bonnes raisons, et ce n’est pas encore le cas pour le moment).

    Après, le communiqué me fait aussi un peu sourire car ils semblent se donner une sacrée importance (du genre « on nous bâillonne » « on veut nous empêcher de parler  » « nous gênons » alors que plusieurs autres sites on relayés leurs infos et parlent plutôt à mal du Hellfest) qui me semble un peu éloignée de la réalité, chose que n’a pas du bien comprendre l’imbécile qui a essayé de les supprimer (non, non, amis metalleux, le collectif ne vas pas débarquer chez vous pour bruler vos cd et confisquer votre guitare 🙂 ).

    Et puis, même s’il m’arrive d’être atterré devant certaines lignes de leurs textes, ils sont un peu le prototype des clichés bien classiques et parfois infondés qui planent sur le style. Passé la surprise et avec un peu de recul je ne me sens donc pas plus mal, en tant que metalleux, avant et après leurs articles…
    Il ne faut pas tomber dans ce piège la : on nous reproche de pas avoir d’ouverture, d’être sectaire et de ne jamais dialoguer? On nous dit que nous somme juste bons à détester ce qui n’est pas comme nous?
    Ne faisons pas comme les quelques minorités religieuses qui, oubliant justement ce qu’elle nous reproche, se comportent ainsi.
    Il faut savoir prendre de la distance, il y aura toujours des gens pour dire que le metal ou le rock, c’est nul, dangereux, satanique, moche, dégénéré ou que sais-je… Rétablir la vérité ou au pire, être indifférent : oui. Mais menacer à notre tour : non. C’est contre productif et ça n’en vaut pas la peine.

    Au font, la chose qui me gène vraiment avec ce site, c’est plus leur démarche ou ils se posent en donneurs de leçon, presque sans jamais daigner écouter leurs opposants. Qui sait si cet évènement malheureux se serait produit s’il on pouvait échanger avec eux? (ça tombe bien, vous parliez une nouvelle fois de dialogue!).

    • « Au font, la chose qui me gène vraiment avec ce site, c’est plus leur démarche ou ils se posent en donneurs de leçon, presque sans jamais daigner écouter leurs opposants. »

      On est d’accord, mais j’ai déjà tellement l’occasion de taper sur eux dans mes articles que je n’ai pas eu le coeur de le rappeler à nouveau.

  3. Bonjour,

    J’ai trouvé récemment trace de ce blog et ce que j’y ai lu m’a paru à chaque fois intelligent, pertinent et intéressant.
    Mais il me semble que la limite est atteinte. Toutes ces initiatives de dialogue, aussi louables et nécessairesa soient-elles, me paraissent aujourd’hui inutiles. Il suffit de lire les deux points de désaccords formels sur lesquels Les Yeux Ouverts (et donc le blog Provocs Hellfest) persiste et signe.
    Voilà six ans que l’on tente d’expliquer (et certains médias mieux que d’autres) à tous ceux qui découvrent le Hellfest et le métal que c’est d’abord de la musique, pas un meeting politique, et que l’art, quel qu’il soit, est d’abord une projection fantasmée, fictive, irréelle. Le Hellfest accueille des artistes qui jouent sur scène. Et ça change tout. Le blog « Provocs hellfest ça suffit » nie cette dimension, comme Civitas peut le faire en ce moment pour Golgotha Picinic, au théâtre. Ce n’est pas parce que Dimmu Borgir ou Deicide jouent avec les codes satanistes qu’ils sont satanistes. C’est très souvent de l’athéisme déguisé. Nier ces nuances et cette rupture entre le personnage artistique construit et l’être humain intime, c’est un peu comme si vous proposiez une aspirine à l’acteur qui interprète Argan, le malade imaginaire, à la sortie de la pièce. Ça n’a aucun sens. Le blog Provocs Hellfest, avec une dose exaspérante de mauvaise foi, feint de ne pas saisir la réalité indiscutable de la mise en scène, de l’interprétation d’un fantasme, d’une fiction, d’une histoire.
    Allons plus loin, et suivons sa logique délirante de la censure : imaginons que l’on écarte tous les groupes jugés hostiles à la religion ou satanistes du Hellfest. Selon quels critères?? Qui joue et qui ne joue pas?? Si les artistes, les programmateurs, les graphistes et dessinateurs commencent à montrer patte blanche face à la pression de groupuscules religieux, c’est la fin de toutes nos libertés. Ensuite quoi? la vanne sera ouverte, et on pourra alors s’attaquer aussi au cinéma (Rosemary’s baby de Polanski?? L’exorciste??), après le théâtre et la musique. Voilà aussi pourquoi le billet publié sur Radio Metal est une concession dangereuse à la liberté d’expression. L’affiche ne vous plaît pas? C’est votre droit. Vous voulez manifester, pétitionner? C’est aussi votre droit. Vous voulez l’interdire? Déposez plainte. Et ensuite, laissez-nous vivre.
    On peut vivre en paix sans être d’accord, mais il est impossible de ne déplaire à personne. Je suis profondément athée. Les fictions religieuses me paraissent à peu près aussi pertinentes que l’avénement du Père Noël. Je ne sais pas si je suis majoritaire ou minorotaire dans cette société, mais je n’interdis pas l’art religieux, les représentations du Christ sur sa croix (autre image violente visible à tous les coins de rue), même si ça heurte mes convictions. La religion catholique s’impose à notre quotidien, avec un certain nombre de valeurs et de projets, on a donc le droit de la critiquer, de la brocarder, de fantasmer des histoires, de la ridiculiser, de la mettre en scène, notamnent avec des symboles qui lui sont hostiles. Rien à voir avec le racisme ou l’homophobie.
    Un dernier point sur l’argent public. Le Hellfest s’est construit avec très peu de subventions publiques. Dire que les élus n’ont pas cru à la vitalité de ce projet culturel est un doux euphémisme. Les choses ont (un peu) changé. Question : l’argent public doit-il défendre le bien commun? Sans doute. Mais qu’entend Les Yeux Ouverts par bien commun? S’il s’agit de faire venir 30 000 spectateurs par jour pour qu’ils célèbrent pacifiquement leur passion pour la musique, tout en faisant vivre toute une région, et générer plusieurs millions d’euros de retombées touristiques, n’est-ce pas aussi ça, le bien commun? La réfection d’une église financée en partie par une collectivité relève-t-elle plus du bien commun? Je ne vois pas en quoi. Dans les deux cas, des gens en bénéficient. Des gens qui vivent ensemble, qu’ils le veuillent ou non. C’est ça le bien commun…
    Je doute que ces arguments fassent mouche auprès des auteurs du blog et des militants anti-Hellfest, mais j’appelle les festivaliers et tous ceux qui aiment le métal, à ne pas reculer par peur de déplaire. Ces gens qui s’attaquent au Hellfest, sont le plus souvent des gens mal informés, et parfois simplement des talibans du catholicisme qu’il ne faut plus chercher à raisonner. C’est contre ceux-là qu’il ne faut rien concéder. Parce qu’il ne faut pas inverser les rôles. Les censeurs, ce sont eux. Les métalleux, eux, vivent leur vie, avec ou sans foi catholiqiue, musulman ou juive…

    • « Mais qu’entend Les Yeux Ouverts par bien commun? »

      Par bien commun, il parle juste de lui et de ses convictions. Je comprends que tu n’aies pas saisi !

    • « Mais il me semble que la limite est atteinte. Toutes ces initiatives de dialogue, aussi louables et nécessairesa soient-elles, me paraissent aujourd’hui inutiles. Il suffit de lire les deux points de désaccords formels sur lesquels Les Yeux Ouverts (et donc le blog Provocs Hellfest) persiste et signe. »

      Je pense qu’il y a au contraire de petites avancées. Les débats avec le Chafouin il y a deux ans ans sur son blog Penséees d’outre politique semblaient l’avoir vraiment fait évoluer, pour prendre un exemple emblématique. Et même les Yeux Ouverts, s’il maintient pour l’instant l’essentiel de ses positions, prend un ton plus cordial avec ses interlocuteurs métalleux, et essaie de nuancer (un peu) son point de vue. Je reprends l’exemple du changement de mode de modération de son blog, qui me parait significatif.

      Par ailleurs, j’ai du makl à voir en quoi faire supprimer les blogs des antihellfest peut faire avancer les choses. Les antihellfest sont regroupés actuellement en deux tendances: une à l’intérieur de l’Eglise, et relativement apolitique, à laquelle appartiennent Les Yeux Ouverts et le Collectif. Et une d’extrême droite et rassemblée autour d’un noyau intégriste, qui est celle de Civitas. Tout le discours de cette seconde tendance joue sur la peur des chrétiens de devenir une minorité, et d’être triatés en Occident comme les chrétiens en Orient. Commencer à supprimer les blogs de la première tendance, c’est leur offrir un pont d’or pour clamer que jouer le jeu de la démocratie mène dans le mur, et qu’il est temps de durcir le débat. Comme l’a montré l’actualité de cette année que vous citez (le piss christ, la pièce de Castelluci, le Golgota Picnic) ils n’ont pas peur d’organiser des actions un peu musclées. Les manifestations récentes ont montré qu’ils ont un gros pouvoir mobilisateur au delà de leur sensibilité politique. Enfin, l’internet d’extrême droite est extrêmement dynamique, et même si quelques sites sont supprimés, de nouveaux tout aussi virulents réapparaitront quasiment instantanément. Croire qu’on peut les faire taire est pour moi une illusion. La meilleure alternative, selon moi, est de continuer à privilégier le débat d’idées, même si c’est fastidieux et à long terme, afin de promouvoir la marge de maneuvre de ceux, des deux côtés, qui préfèrent les solutions pacifiques. C’est souvent désespérant, et j’en sais quelque chose, mais c’est préférable à une société éclatée en plusieurs camps qui se détestent et ne cessent de s’affronter.

      « mais j’appelle les festivaliers et tous ceux qui aiment le métal, à ne pas reculer par peur de déplaire.  »

      Si j’avais peur de déplaire aux cathos anti hellfest, je n’aurais pas écrit la plupart des articles de ce blog. Par exemple, je doute que le Collectif ait beaucoup souri de mon article Le Collectif Provocs Hellfest et Moby Dick, ni Civitas de mon article Quand Civitas attaque Kronenbourg, les chrétiens trinquent. Mais la vérité est souvent dans la nuance, et il faut parfois aussi risquer de déplaire des deux côtés.

      « C’est contre ceux-là qu’il ne faut rien concéder. Parce qu’il ne faut pas inverser les rôles. Les censeurs, ce sont eux. Les métalleux, eux, vivent leur vie, avec ou sans foi catholiqiue, musulman ou juive… »

      Je pense qu’il y a des censeurs en puissance des deux côtés. Pour prendre un exemple, Enslaved a annulé pendant l’été 2010 un concert avec le groupe d’unblack Slechtvalk, sous la pression de certains fans qui ne supportaient pas qu’ils puissent jouer avec un groupe chrétien: http://www.examiner.com/metal-music-in-houston/enslaved-cancel-concert-rather-than-play-with-christian-band

      Alors certes, l’anti christianisme des métalleux tendt à s’amoindrir, alors qu’il y a un pic d’hostilité au métal chez certains cathos. Mais refuser de censurer la parole de tel ou tel, c’est aussi éviter que la haine change de camp une fois de plus.

      • @Darth Manu
        Je me suis sans doute très mal exprimé, mais la réponse que tu me donnes, me paraît, pardon, totalement étrangère à « mon coup de gueule ». A te lire, on a le sentiment que je soutiens une éventuelle censure ou fermeture du blog Provocs Hellfest. Je n’en parle à aucun moment. Que ces gens puissent s’exprimer et se défouler dans le cadre légal de la liberté d’expression me va très bien. Je ne vois pas en quoi ça me concerne.
        Autre élément : j’évoque la peur de déplaire… en lien avec la critique de l’affiche Hellfest, sur Radio Metal. Je trouve préoccupant que certains métalleux commencent à se poser la question de ce qui va plaire ou déplaire, ou attiser la violence d’extrêmistes. Sur ce coup, Radio Metal a servi la soupe à tous les censeurs en herbe en jouant une jolie partition de renoncement. L’autocensure est le meilleur service qu’on puisse rendre à Civitas, LYO et tous leurs copains. Cette affiche, franchement, n’avait rien de dramatique. Moi, j’y ai vu un clin d’oeil aux ligues de censure. Au pire, on peut trouver ça de mauvais goût, mais jusqu’à preuve du contraire, ça n’est pas illégal.
        Dernier point : non, il n’y a pas de censure des deux côtés. Comparer l’immense idiotie d’Enslaved (et de ses fans semble-t-il) à l’aune d’un seul concert, avec le délire renouvelé chaque année de LYO et de ce blog minable pour mettre à terre un festival de musique qui n’a rien demandé, ça n’a pas de sens. L’un annule un concert, l’autre s’attaque à la liberté d’expression et fait voeu de censure. Rien à voir. S’il s’agit de dire qu’il y a des cons partout, on est d’accord, mais mon propos, encore une fois, n’était pas là.
        Ce que je dis simplement, c’est qu’il est louable de vouloir convaincre ces gens, je trouve ça courageux et intéressant, mais, au-delà du changement de ton, quel résultat?? Toujours les mêmes attaques gorgées de mensonges et de haine envers une musique, des codes, un festival, que ces extasiés n’ont pas envie de comprendre. Il y a un moment où le dialogue devient dialogue de sourd. On ne les convaincra jamais, tout comme on ne convainc pas un taliban enfermé dans sa prison psychologique. Moi, je crois que la phase d’explication est dépassée. Tous les arguments ont été entendus, ressassés. Je prône l’indifférence ou le rire face à ce que je considère être des groupuscules obscurantistes et dangereux. On ne négocie pas avec ces gens-là. On maintient le cap, on ne cède rien, et le cas échéant, on leur rit au nez…

  4. @Benoît, LYO, Natural Induction, et… Darth Manu (évidemment)
    A propos de satanisme
    J’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer à ce sujet sur ce blog, mais je tenais à revenir un peu sur le sujet, puisqu’il y est question de « dialogue », chose à laquelle je suis complètement favorable, ce dont pourra témoigner l’auteur de ce blog d’ailleurs! 😉

    Mais comme le Collectif est rétabli dans ses droits, j’en profite!
    Tout d’abord, je tiens à rappeler ma position à ce sujet. Le satanisme n’est pas le problème du rock (dont est issu le metal). Ce ne semble d’ailleurs pas être la position du collectif provochellfest, puisque son objet est de dénoncer essentiellement des « dérives » satanistes voire christianophobes.
    Non… le problème du rock, si tenté qu’on estime qu’il y a un problème, c’est la musique, et particulièrement son état d’esprit, qui est un état d’esprit de révolte. Comme j’ai déjà eu l’occasion de m’expliquer avec Manu sur ce sujet, je renvois à nos divers échanges que nous avions eu là dessus. Néanmoins, et aux vus de ce que je possède dans ma discothèque relativement éclectique (du rock, de la pop, beaucoup de hard et de metal, un peu d’electropop), je pense que cette révolte est d’abord sexuelle, puis sociale… Et cette révolte vient remettre en cause un certain nombre de statuts ancrés dans la société ; Une terrible chanson qui traduit bien cette révolte est celle de Pink Floid, « The Wall ».
    Or je ne pense pas – là encore, j’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer là-dessus – que l’état d’esprit de révolte propre au rock n’roll est compatible avec la religion chrétienne.
    Je pense que certains groupes se sont également inspiré du satanisme, voire même y ont abouti, à cause de cet état d’esprit de révolte, à mon avis fondamental pour comprendre le rock. Le Père Domergue, et avant lui le Père Regimbald, l’avaient bien remarquer, mais j’ai tendance à penser qu’ils se trompent en ne retenant quasiment que cet aspect du rock. Le collectif fait la même erreur, ce me semble (et souvent, je pense aussi, mal ou peu documenté, ce qui n’est pas évident pour la critique).

    Néanmoins, puisque certains groupes s’en inspire (indéniablement), je pense contrairement à Natural induction et Benoît, que le satanisme n’est pas une vue de l’esprit.
    Je ne suis pas non plus spécialiste, mais sur le thème de la symbolique, beaucoup de groupes s’en inspire, et pas seulement le metal. Je vous invite à consulter ce site sur ce sujet (dont on peut débattre à l’infini, j’en conviens) :

    http://www.lesubliminal.fr/

    Je tiens également à préciser que l’esprit de révolte dont s’inspire le satanisme peut être perçu de plusieurs manière… Ce qui pourrait donc également expliquer pourquoi l’un considérera Dimmu comme sataniste, l’autre que Craddle ne l’est pas, et enfin que certain risquent de pouffer de rire lorsqu’on leur dira que ACDC ou Scorpions le sont, alors qu’ils le sont peut-être…ou pas :

    https://innerlightofblackmetal.wordpress.com/2011/04/26/christianisme-et-metal-temoigner-de-notre-joie-plutot-que-de-notre-peur-des-deux-cotes/#comment-152

    Et pourquoi pas Lady Gaga, tant qu’on y est! (oui, je sais, je remets ça :))

    Enfin, rappelez vous l’année dernière : grâce à l’intervention de la Licra (grâce à LYO), Anal Cunt a été déprogrammé, de même que Satanic Warmaster… Quelques temps plus tard, Pneumatis, accompagné de Marie et Darth Manu se pointent au HellFest, et décident comme ça, d’aller voir Therion… Là dessus, il vaut mieux laisser Pneumatis s’exprimer, cela va sans dire…
    Il n’empêche… Ce ne sont pas les paroles du groupe qui ont été incriminées à cette occasion, mais, si j’ose dire, sa musique.

    Je ne sais pas comment Pneumatis se comporterait en allant écouter BOC, mais une chose est sûre : je vais voir Hatebreed d’abord, puis Dimmu après, pour peu que j’entre dans la musique, je crois que je ne ressemblerai plus à ce que je suis actuellement… De Mister Jekyll, je passerai bien à Mister Hide

    • « Non… le problème du rock, si tenté qu’on estime qu’il y a un problème, c’est la musique, et particulièrement son état d’esprit, qui est un état d’esprit de révolte. Comme j’ai déjà eu l’occasion de m’expliquer avec Manu sur ce sujet, je renvois à nos divers échanges que nous avions eu là dessus. Néanmoins, et aux vus de ce que je possède dans ma discothèque relativement éclectique (du rock, de la pop, beaucoup de hard et de metal, un peu d’electropop), je pense que cette révolte est d’abord sexuelle, puis sociale… Et cette révolte vient remettre en cause un certain nombre de statuts ancrés dans la société ; Une terrible chanson qui traduit bien cette révolte est celle de Pink Floid, “The Wall”.
      Or je ne pense pas – là encore, j’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer là-dessus – que l’état d’esprit de révolte propre au rock n’roll est compatible avec la religion chrétienne. »

      Je pense que cette lecture du rock est réductrice, comme tu le sais. Il est vrai que son histoire est ancrée dans un certain contexte qui n’était pas toujours favorable au christianisme, mais outre le fait que toutes les représentations de la révolte ou de la sexualité ne sont pas forcément étrangères au christianisme, je pense que toutes les formes de créations artistiques sont appelées à leur manière à refléter la beauté de la Création divine, dans sa diversité et ses nuances, et que le rock a son rôle a jouer dans l’art chrétien. J’en veux pour preuve, comme tu le sais là encore, la présence récurrente d’un rock chrétien et d’un metal chrétien. Je te rappelle également ce communiqué récent du Vatican, que je citais dans un précédent article:

      “À l’occasion du 40è anniversaire de la dissolution des Beatles, le Vatican a rendu hommage samedi aux quatre garçons dans le vent dans son hebdomadaire l’Osservatore Romano. Dans un article, le Vatican déclare qu’il pardonne aux Beatles pour leurs commentaires « sataniques » et notamment ceux de John Lennon qui déclarait en 1966 que son groupe était plus populaire que Jésus Christ. Le Vatican a également déclaré que les Beatles était « un joyau » de la musique. « Il est vrai que le groupe consommait de la drogue, qu’ils vivaient dans l’excès à cause de leur succès. Ils ont même dit qu’ils étaient plus connus que Jésus Christ et on fait passer d’autres messages mystérieux à connotation satanique. Ils n’ont peut-être pas été le meilleur exemple qui puisse être pour la jeunesse de l’époque, mais ils n’étaient pas les pires. Leurs belles mélodies ont changé le monde de la musique et continue encore aujourd’hui à donner du plaisir », écrit l’Église Catholique. John Lennon avait également déclaré lors de cette fameuse interview que la chrétienté finirait par disparaître. « Elle va s’éteindre et sombrer. Je n’ai même pas besoin de le prouver…Je ne sais pas qui du rock and roll ou de la chrétienté des disparaîtra le premier » avait-il affirmé, choquant le Vatican. Une page est donc tournée aujourd’hui et l’Eglise Catholique semble définitivement réconciliée avec les Beatles. Interviewé sur la chaîne américaine CNN, l’ancien batteur du groupe, Ringo Starr, qui vient de sortir un nouvel album intitulé « Y Not », a déclaré mardi qu’il se fichait du pardon du Vatican. « Ils ont déclaré à l’époque que nous étions sataniques et ils ont quand même réussi à nous pardonner ? Je pense qu’ils ont mieux à faire que de parler des Beatles », a-t-il expliqué” (Le Parisien).

      Ce n’est pas parce que les auteurs d’une musique étaient motivés par un discours contraire au christianisme que leur musique n’a pas de valeur chrétienne.

      « nfin, rappelez vous l’année dernière : grâce à l’intervention de la Licra (grâce à LYO), Anal Cunt a été déprogrammé, de même que Satanic Warmaster…  »

      Avec le recul, je pense que la déprogrammation d’Anal Cunt n’était pas une bonne chose. Je te renvoie sur ce point à un de mes précédents articles: https://innerlightofblackmetal.wordpress.com/2011/05/24/de-patrick-roy-a-anal-cunt-en-passant-par-brave-patrie/

      Même dans le cas de Satanic Warmaster, je suis un tout petit peu réservé, mais je n’ai pas tout à fait les idées claires sur ce point, et j’y reviendrai sans doute dans un billet.

      « uelques temps plus tard, Pneumatis, accompagné de Marie et Darth Manu se pointent au HellFest, et décident comme ça, d’aller voir Therion… Là dessus, il vaut mieux laisser Pneumatis s’exprimer, cela va sans dire… »

      Je ne crois pas que l’on puisse tirer un enseignement général sur le metal ou le Hellfest ce ce que Penumatis a ressenti lors du concert de Thérion. Je te rappelle que lui-même s’y est jusqu’ici opposé: http://pneumatis.over-blog.com/article-petite-mise-au-point-77797223.html et que son évaluation générale de son après-midi au Hellfest était positive et apaisante: http://pneumatis.over-blog.com/article-un-dimanche-a-la-campagne-77472808.html. Enfin, justement parce que j’étais avec lui au Hellfest, je me souviens qu’Anathema lui avait fait une impression radicalement différente de celle de Thérion, très positive et apaisante, qu’il mentionne d’ailleurs dans un de ces billets. Preuve que tout le metal n’agit pas sur les âmes dans un esprit contraire à celui du christianisme.

      • « Je pense que cette lecture du rock n’roll est réductrice »…
        Je me permets juste de te dire à ce sujet que j’ai surtout écrit que la révolte sexuelle et sociale du message propre au rock est FONDAMENTALE (à mon sens). Je ne pense pas effectivement que le terme de lecture « réductrice » convienne pour critiquer mon propos… Par ailleurs, lors de nos échanges, j’ai également précisé que ce message fondamental peut effectivement être source de messages (accessoires) positifs. Ce ne sera pas moi qui irait critiquer Madonna de verser des millions à l’association AIDS, ni System of Down d’avoir écrit un bon nombre de chansons engagées contre le conflit en Afghanistan et en Irak. Seulement, ces messages ne sont pas contradictoires avec l’esprit de révolte propre au rock et cela peut servir au débat politique, même, et c’est très bien ainsi. Comme je te l’ai déjà expliqué, tout n’est pas à jeter dans le rock, ne serait ce que parce que c’est une musique, et que toute musique provient d’un sens artistique humain, et l’être humain, aussi pervers qu’il puisse être, a toujours une part de bien en lui (même chez les pires satanistes, même chez Hitler).
        Nos points de vus divergent, certes, mais je ne t’ai jamais écrit que la vision que tu avais du rock (ou plus exactement de la musique) était réductrice. Je ne suis juste pas d’accord avec toi sur ta façon de considérer la musique.

        « Je ne crois pas que l’on puisse tirer un enseignement général sur le metal ou sur le Hellfest de ce que Pneumatis a pu ressentir lors du concert de Thérion »
        Ca n’était pas l’objet de mon billet… qui parlait D’ABORD et AVANT TOUT de satanisme, et ACCESSOIREMENT de metal… J’ai bien écrit au début de mon billet que « le satanisme n’est pas le problème du rock ». Entre révolte sexuelle et sociale et satanisme, il y a un pas que je me refuse de franchir. En outre, j’ai bien précisé que je renvoyais moi-même au propre ressenti de Pneumatis, qui ne vise évidemment là que Thérion, pas son ressenti général sur le HellFest… Il y a des fois ou j’ai l’impression de mal me faire comprendre…Pourtant, dans ce billet, je me suis efforcé d’utiliser les mots dans leur sens propre.

        Enfin, lorsque je parle d’Anal Cunt et Satanic Warmaster, il s’agissait de groupes qui ont été déprogrammés à cause de paroles contenues dans leur chanson…Pas de leur musique…
        Je suis désolé, mais la musique n’a pas besoin en tant que telle de paroles pour exister, car elle est un langage à elle seule. Il s’agit juste de mettre les bonnes paroles sur les bonnes notes.
        Ce que fait LYO, et très probablement le Collectif, c’est qu’ils lisent les paroles, mais n’écoutent pas la musique. Pour LYO, je le sais de son propre aveu. Je ne le sais pas pour le Collectif. Je pense quelque part que tu fais un peu le même raisonnement que LYO : tu écoutes la musique, et si les paroles ne te plaisent pas, tu jettes…Je me trompe ?… En ce qui me concerne, je ne supporte pas des paroles dont j’estime qu’elles ne collent pas à la musique… Ceci est l’objet d’un vaste débat, j’en conviens, mais de grâce, ne viens pas me dire que MA lecture du rock est réductrice. Tu peux dire qu’elle ne te conviens pas, que tu as une AUTRE approche… et démontrer que cette autre approche est plus satisfaisante que la mienne, ce qui jusqu’alors, n’a pas été établi bien clairement entre nous.

    • Natural_Induction Says:

      @ Etienneweb :

      Un commentaire (tardif…) sur votre réponse :

      Pour la révolte et le rock, d’accord avec vous d’un point de vue historique, mais je répète qu’aujourd’hui c’est beaucoup moins vrai. Je n’ai évidemment pas de statistique sous la main, mais je crois sincèrement que plus de la moitié, sinon les 3 quarts, des groupes de rock (et dans une moindre mesure de metal) actuels sont assez discret, et même indifférent, vis à vis de cet aspect « révolutionnaire » qui est censé vivement critiquer l’ordre social, la religion, la loi, la morale etc…

      Aujourd’hui beaucoup de musicien écrivent sur des thématiques fantaisistes ou sur des sujets personnels qui leur tiennent à coeur. Bien sur, il reste toujours des styles particulièrement engagés dans la critique (le punk hardcore ou le grind pour les questions sociales, le black metal pour la religion,…) mais j’ai le sentiment que c’est bien moins une norme qu’il y a 40 ans ou prôner la liberté totale et le refus du système était presque une « mode ».

      De plus, il faut distinguer les paroles à caractères engagées qui dénoncent tel ou tel phénomène de société (finalement ça revient à ce que je disais sur les musiciens qui chantent sur des thématiques les touchant personnellement), et les paroles à caractère résolument révolutionnaire qui sont accompagnées de militantisme, voir même d’actes (ce qui est très rare dans le rock aujourd’hui). Bref : la révolte massive à l’époque de Woodstock, je veux bien, mais aujourd’hui tout cela est bien loin…

      Pour la compatibilité avec la religion chrétienne, ce n’est à mon sens qu’une affaire de recul et de manière de se situer vis à vis de ce que l’on apprécie (dans la musique ou même l’art en général). Je ne vois pas d’incompatibilité notoire entre les 2, et l’existence de personnages comme l’auteur de ce blog ainsi que de milliers de chrétiens rockeurs ou metalleux montre bien qu’il n’est pas interdit de concilier les 2 (bon, je vous l’accorde il y a des cas « extrêmes » mais on parle du rock/metal en général ici) pour peu que l’on adhère à la musique avant d’adhérer à une quelconque idéologie (et j’ai cru comprendre que vous même étiez croyant, je me trompe?).

      Pour le satanisme, je n’ai pas dit que c’était toujours « une vue de l’esprit ». Je suis convaincu qu’il y a une minorité de gens qui croient sincèrement à cela, à des degrés divers (allant du satanisme purement philosophique, jusqu’aux dingues qui font des messes noires dans leurs cave). Il n’empêche que, pour le sujet qui nous intéresse, il me semble que dans l’immense majorité des cas, le décorum satanique est avant tout un moyen de rentrer dans un moule (pour les groupes de black metal en particulier) et d’être dans la « tradition », voir de se faire remarquer en choquant ou en poussant la (prétendue?) croyance assez loin (voir Watain, The Devils Blood ou Ghost par exemple).
      C’est le même principe pour la symbolique religieuse et l’occultisme qu’on retrouve dans beaucoup de légendes du rock, à ceci près que ça doit être distingué du satanisme (un occultiste peut croire en un paquet d’autres choses qu’en Satan tel qu’il est décrit dans la Bible).

      Je n’ai pas bien le temps d’aller voir votre lien. Il y a surement des choses intéressantes même si ça semble mélangé avec pas mal de clichés habituels quand on parle « manipulations » (logos, jeux vidéo, musique etc…). Enfin il y a un gros travail de recherche, ça change au moins de ceux qui tiennent le même discours presque sans rien connaitre.

      AC/DC et Scorpions : vous savez ce que j’en pense. Et quand bien même certains de leur membres auraient glissés des éléments sérieusement sataniques dans leur musique, je ne vois pas bien ce que ça changerait. Le message est trop discret et difficile à prendre au sérieux pour avoir une quelconque utilité (m’est avis qu’il y a eu zéro conversion au satanisme sur les balades du groupe allemand :P). Même avec Lady Gaga, ou la symbolique est bien plus visible, le sérieux de la démarche reste hypothétique.

      A propos du sentiment de Pneumatis sur Therion, je dirai la même chose que Darth Manu. J’attend toujours qu’on me prouve que ce
      groupe à dégradé l’existence de son public ou bien que ce dernier a une propension aiguë à s’engager dans des mouvements occulto-magiques.
      Et pour BOC, je ne pense pas qu’il y aura de quoi s’affoler non plus. A voir l’an prochain…

      • Sujet de dissertation :
        « la musique est un art magique qu’on ne peut pas maîtriser. Il nécessite forcément la perfection. »
        A développer en autant de parties que vous voulez, en utilisant la méthode que vous voulez (thèse, antithèse, synthèse – ou plan bipartite en évitant le « Pour » « Contre », utilisé par les juristes). On en écrirait sans doutes des pages et des pages, des livres et des livres…

      • Si je peux ajouter quelques éclaircissements sur Pneumatis et Therion :
        Bien que je n’ai pas vraiment d’idée arrêtée sur la réalité ou pas de la magie, je ne doute pas de la sincérité de Pneumatis, et le voir se décomposer sous mes yeux lors du concert a été quelque peu perturbant.
        Après quelques discussions avec l’intéressé, voici ce que j’ai compris :
        – il ne sait pas précisément quel était le but du rituel puisque, d’après ce qu’il m’a expliqué, ce but est abordé dans la première phase qui a été faite en privée (le rituel pendant le concert aurait débuté directement à la seconde phase)
        – d’après ce qu’il a ressenti, il soupçonne les membres (du rituel, pas du groupe en entier) d’avoir utilisé l’énergie du public dégagée grâce au concert pour nourrir un égrégore. Egrégore qui pourra servir plus tard pour d’autres rituels, un peu comme un catalyseur et une batterie, si je dis pas trop de conneries.
        Si on est fan de théorie du complot, on peut se dire que si Therion emmagasine de l’énergie à chaque concert, ça explique pourquoi ils tournent autant :p
        – il ne sait pas vraiment quels sont les dangers d’exposer ainsi des gens non prévenus et pas forcément consentant à un rituel malgré eux. Comme il l’explique dans son billet, les habitants de l’autre monde sont un peu comme nous, ils sont pas tous fréquentables. Si un pas cool et suffisamment costaud pour faire des siennes était attiré par le rituel, on pourrait être dans la merde.

        En faisant quelques recherches sur le dragon rouge, dont le parolier de Therion est le fondateur et le président, on s’aperçoit que c’est une magie très individualiste, basée sur le développement personnel. Le but n’est donc pas de corrompre la masse inculte pour la plus grande gloire d’une obscure entité occulte, mais de travailler à sa propre montée en puissance, en se servant des autres s’il le faut.
        Je pense que la question que se pose Pneumatis est : est-ce que cette pratique, au delà du fait qu’ils ne demandent pas leur avis au public, est sans danger pour lui (le public) ? Et sans trop m’avancer, je pense que sa réponse est : non, d’où son inquiétude.

        M’enfin, le sujet est complexe, si t’as envie d’en discuter plus en détail demande mon mail à Manu pour pas trop polluer cet article.

      • Natural_Induction Says:

        Heu, à vrai dire je ne vois pas bien le rapport entre votre réponse et mon commentaire mais bon (puis j’ai toujours été nul pour les dissertations…).
        Je ne sais pas s’il y a quoique ce soit de magique dans la musique (du moins dans sa composition) mais si elle nécessite la perfection, force est de constater que beaucoup de gens font de la non-musique alors… 🙂

        Le point que vous soulignez dans la fin de la réponse à Darth Manu est intéressant :
        Je vois mal comment on pourrait avoir un jugement définitif sur une musique sans même l’avoir écouté. Les paroles ne font pas toujours tout et pour ma part, je préfère une musique de qualité avec des paroles bidons plutôt qu’une écriture exceptionnellement fine et une musique ennuyeuse. Après tout, c’est un cd qu’on met dans la platine, pas un livre, non?
        C’est probablement la raison pour laquelle de nombreux metalleux prennent leurs distances avec la gravité des paroles de certains groupes (la fameuse excuse du « folklore »). Qui plus est dans la musique extrême ou, de toute façon, à moins d’aller voir le livret, on n’y comprend souvent rien, et c’est avant tout l’ambiance et le style de son qui compte pour beaucoup d’auditeurs. Il est vrai que ce n’est pas forcément justifié (j’entends dans les pires cas) mais je pense que ça joue.

        Un exemple perso : http://tinyurl.com/ct4eykx

        Les paroles sont soft mais l’idéologie du groupe est clairement le satanisme (ils ne s’en cachent pas en fait). Toujours est-il que musicalement, c’est très bon, et dans ce cas précis, pour moi la qualité de la musique à tendance à l’emporter sur le reste, bien qu’il reste clairement un coté un peu dérangeant à ce genre de trip (mais ils pourraient chanter sur la culture des moules en patagonie que ça aurait autant de chance de me convertir à ce qu’ils racontent).

        Je crois qu’on touche le fond du problème (enfin, du moins une partie), vous l’avez révélé avec LYO, et je suis prêt à mettre ma main à couper que les gens du collectif provochellfest n’ont jamais écouté en entier un seul album des groupes qu’ils disent être dangereux (pour le brutal death ça peut se comprendre mais le reste…)

      • @natural induction
        On est complètement d’accord.
        http://www.tagtele.com/videos/voir/38151
        Je n’aurai pas mis d’autres paroles sur cette musique. Je suis fan 🙂

  5. Je n’ai peut être pas tout suivi (et dans ce cas j’aimerai beaucoup des infos supplémentaires) mais dans :

    « En début de semaine, notre blog a été supprimé par notre hébergeur, au motif qu’”il ne respecte pas les conditions d’utilisation suivantes : HATE” !! »

    Nulle part je ne lis qu’un métalleux serait à l’origine de cette suppression momentanée… Beaucoup de sites, de blogs ou de comptes facebook sont supprimés à la va-vite par les serveurs et les hébergeurs eux-même puis rétablis après une plainte de la personne à qui appartient le compte. Quand je connais la façon de faire de ce « collectif » (dire quelque chose pour en insinuer une toute autre et faire des rapprochements gros comme christine B.) je pense qu’il ne se serait pas gêné de dire que c’était une plainte d’un Metalhead si ça avait été le cas (ou pas d’ailleurs…) ! Moi ICI là de suite je lis que c’est l’hébergeur qui est responsable, c’est tout. Suis-je à la ramasse ? D’autres infos (vérifiables et vérifiées) circulent ?

    • De toute façon ce blog est une saloperie, pardon de le dire. C’est une vaste farce, une excuse bidon pour imposer des goûts clairement anti-Metal. je cite Benoit, : « imaginons que l’on écarte tous les groupes jugés hostiles à la religion ou satanistes du Hellfest. Selon quels critères?? Qui joue et qui ne joue pas?? » et cette idée m’amuse. Appliquons là, donnons le pouvoir à provoc hellfest blabla mon cul sur la commode ça suffit de choisir. Je vous rappelle que ces clowns incriminent sur leur torchon en ligne BLUE OYSTER CULT !!!!! Quelle blague… on entend « Don’t Fear The Ripper » dans des pubs et dans les émissions de télé réalité maintenant… Qui à part une grand-mère édentée de 95 ans peut avoir peur de BLUE OYSTER CULT ?!?!? Ma mère chante ça sous la douche ! Aucun discernement chez ces gens qui vivent au temps de la roue carrée. Il veulent juste la mort du HF, c’est juste de la haine sans arguments, et le doigt pointé sur la drogue blabla, le satanisme patata et les pseudos soucis financiers sortis de nulle part c’est la preuve qu’il n’y a pas de combat précis mais juste une mauvaise foi assumé. Je préfère nettement rester sur ce blog qui avance et arrive à faire dialoguer métalleux et catholiques dans le respect. Pardon pour mon langage coloré et bonne continuation ! Peace & Love.

      • Et pour finir (il manque une fonction edit décidément, désolé hein…) J’ai été visité la sagrada familia il y a peu. Ai-je gueulé parce que je crois pas une seconde en dieu et en Jésus ? Non, je respecte. Moi et mon t-shirt SLAYER on a fermé nos gueules dans le respect, j’ai enlevé mon bandana de sur ma tête et en silence j’ai visité cette superbe cathédrale. J’aurais eu quelque chose à redire concernant cette bâtisse et mes convictions, je ne serais pas venu et j’aurais laissé les gens différents de moi en paix. Bah laissez moi tranquille avec mon festival. Cette musique est tout pour moi, le Hellfest est mon pélérinage, et cet façon de vivre une façon d’être heureux et meilleur chaque jour. Comme un catholique éprouvant une immense peine et se réfugiant dans ses croyances, cette musique au moment où j’allais le plus mal et n’avais plus goût à rien était là pour moi et m’a redonné la foi, le sourire, le soulagement et la paix intérieure.

        Et ceux qui penseront que l’on ne peut comparer la foi chrétienne et la musique Metal se trompent lourdement. Ils s’imagineront sincèrement que leurs croyances sont au dessus des autres, mais ce n’est pas vrai. Tout est au même niveau quand il s’agit de rendre heureux des humains.

    • « Nulle part je ne lis qu’un métalleux serait à l’origine de cette suppression momentanée… Beaucoup de sites, de blogs ou de comptes facebook sont supprimés à la va-vite par les serveurs et les hébergeurs eux-même puis rétablis après une plainte de la personne à qui appartient le compte. Quand je connais la façon de faire de ce “collectif” (dire quelque chose pour en insinuer une toute autre et faire des rapprochements gros comme christine B.) je pense qu’il ne se serait pas gêné de dire que c’était une plainte d’un Metalhead si ça avait été le cas (ou pas d’ailleurs…) ! Moi ICI là de suite je lis que c’est l’hébergeur qui est responsable, c’est tout. Suis-je à la ramasse ? D’autres infos (vérifiables et vérifiées) circulent ? »

      Cela reste cela dit l’hypothèse la plus vraisemblable. Que le collectif ait lui-même fait mine de supprimer son blog pour se poser en victime fait un peu trop à mon gout théorie du complot, et dans les milliers de métalleux qui se bladent sur le web, dont certains sont très jeunes, il ne me parait guère étonnant que certains aient pu être tentés par ce « retour à l’envoyeur ». Par contre, j’ai vu beaucoup d’autres métalleux, sur certaines pages facebook prohellest, hausser les épaules en indiquant qu’à leur avis la menace posée par le Collectif sur le Hellfest était quasiment inexistante.

      « il manque une fonction edit décidément, désolé hein… »

      Oui, c’est vrai. Mais je suis limité par la configuration de l’offre d’hébergement de WordPress. Je peux éventuellement éditer moi-même un commentaire, à la demande de son auteur.

      « Et pour finir (il manque une fonction edit décidément, désolé hein…) J’ai été visité la sagrada familia il y a peu. Ai-je gueulé parce que je crois pas une seconde en dieu et en Jésus ? Non, je respecte. Moi et mon t-shirt SLAYER on a fermé nos gueules dans le respect, j’ai enlevé mon bandana de sur ma tête et en silence j’ai visité cette superbe cathédrale. J’aurais eu quelque chose à redire concernant cette bâtisse et mes convictions, je ne serais pas venu et j’aurais laissé les gens différents de moi en paix. Bah laissez moi tranquille avec mon festival. Cette musique est tout pour moi, le Hellfest est mon pélérinage, et cet façon de vivre une façon d’être heureux et meilleur chaque jour. Comme un catholique éprouvant une immense peine et se réfugiant dans ses croyances, cette musique au moment où j’allais le plus mal et n’avais plus goût à rien était là pour moi et m’a redonné la foi, le sourire, le soulagement et la paix intérieure.

      Et ceux qui penseront que l’on ne peut comparer la foi chrétienne et la musique Metal se trompent lourdement. Ils s’imagineront sincèrement que leurs croyances sont au dessus des autres, mais ce n’est pas vrai. Tout est au même niveau quand il s’agit de rendre heureux des humains. »

      Merci pour ce beau témoignage, qui m’apporte beaucoup et nourrit ma motivation à poursuivre ce « combat ». 🙂

      • « Cela reste cela dit l’hypothèse la plus vraisemblable »

        Franchement, si c’était le cas le collectif en aurait parlé en long en large et en travers jusqu’à l’écœurement. Or ils se gardent bien d’évoquer cette possibilité. Juste une tournure de phrase « qui ferait penser que » mais rien de plus. Une hypothèse n’est pas une info 🙂 En tant que métalleux je suis extrêmement attaché à la liberté d’expression et j’estime que même le pire des cons a le droit de dire ce qu’il pense, que ça soit Glenn Benton de DEICIDE ou le responsable de provoc hellfest ça suffit. Sans vouloir taper dans la philanthropie candide, je pense que beaucoup de metalheads sont comme moi.

  6. Merci de toutes ces reactions. Mon emploi du temps de ce we etant un peu plus charge que d’habitude, je repondrai en detail a vos remarques a partir de demain soir.

    • Tu dois te sentir bien seul Manu dans ton beau combat. Si je crois en un dialogue sincère et constructif entre cathos et métalleux, c’est aussi parce que j’apprécie discuter avec des mecs comme toi ou le père Culat et que je sais que vous existez. Mais sur le net, vous n’êtes malheureusement pas les plus représentatifs. Et dans la tête des métalleux, les cathos les plus représentatifs c’est les peine-à-jouir, les agresseurs qui veulent baillonner la musique Metal depuis l’affaire JUDAS PRIEST et bien avant, depuis le Rock et au-delà. Rien de bien satanique dans IRON MAIDEN ou ACDC, mais les cathos intégristes se sont pas gênés pour faire des auto-dafés de vinyles en places publiques. Peut-on vraiment en vouloir au Black Metal d’exister quand on voit le traitement des institutions envers notre musique chérie ? Pas étonnant que les paroles se durcissent. Si le catholicisme ça se résumait à ton message de paix et ton comportement exemplaire il serait sûrement très mal vu aujourd’hui de s’attaquer à l’église ! Mais si de nos jours c’est apparemment « la mode » de s’attaquer au pape, au Vatican et à cette institution… bah… comme on dit, « pas de fumée sans feu » et « qui sème le vent récolte… » blablabla 🙂

      De plus (et je réagis au message que j’ai beaucoup apprécié de Benoit) un dialogue c’est un échange, c’est à dire que ça apporte quelque chose à chacun des protagonistes. Et je me demande sincèrement ce que « Provoc Hellfest ça suffit » peut bien apporter au Metal… Pas de dialogue possible avec eux. Et pas de bol pour eux, vu qu’ils sont inoffensifs et hurlent dans le vent pour rien sans rien pouvoir faire changer ni aujourd’hui ni demain… bah la menace ne sert à rien non plus. Ils sont justes condamnés à disparaitre tout doucement sans que ça n’intéresse personne. Au pire ils auront dressés plus de metalheads contre leurs idées dépassées.

      J’ai voulu me faire débaptiser il y a quelques années quand ce collectif ordurier est apparu, pensant bêtement que c’était représentatif des catholiques en général. Je n’en ai plus envie depuis que je connais ce blog, toi et le père Culat. J’ai même remis ma médaille ahah ^^ C’est symbolique mais c’est un signe je pense que certains sont dans l’erreur depuis le début et s’enterrent bien profond.

  7. @Larsen:

    Cela dit, pour connaitre un paquet de cathos et rencontrer régulièrement des blogueurs cathos, je pense que la plupart n’ont pas grand chose contre le Hellfest ou le metal. Je participe régulièrement à un rassemblement de blogueurs cathos. Mes positions sur le metal et le Hellfest y sont connues, et elles ne me valent pas jusqu’ici de réserve ou d’hostilité. En fait, les conversations que j’ai eu ont fait apparaitre que certains des participants écoutent eux-mêmes du metal. Les catholiques qui sont prennent la parole sur le Hellfest sont ceux qui s’en inquiètent, mais beaucoup de blogs cathos n’évoquent pas du tout la polémique sur le Hellfest, ou très peu, parce qu’ils n’y voient pas d’intérêt.

  8. @Benoit:

    « Je me suis sans doute très mal exprimé, mais la réponse que tu me donnes, me paraît, pardon, totalement étrangère à “mon coup de gueule”. A te lire, on a le sentiment que je soutiens une éventuelle censure ou fermeture du blog Provocs Hellfest. Je n’en parle à aucun moment. Que ces gens puissent s’exprimer et se défouler dans le cadre légal de la liberté d’expression me va très bien. Je ne vois pas en quoi ça me concerne. »

    Toutes mes excuses si je t’ai mal compris. Il m’avait semblé que tu étais en désaccord avec l’objet de ce billet, qui était de condamner la tentative de censure dont le Collectif semble avoir été victime. Cela dit, j’ai un peu de mal à voir à comprendre où tu veux en venir. Tu sembles mettre en cause l’utilité du dialogue avec les antihellfest: « Toutes ces initiatives de dialogue, aussi louables et nécessairesa soient-elles, me paraissent aujourd’hui inutiles. »

    Mais il n’y a pas que les anti hellfest durs et ceux qui n’en ont rien à foutre. Peut-être que les responsables du Collectif ne changeront pas d’avis, mais certains de leurs lecteurs sont plus flottants dans leurs opinions. J’ai un amis séminariste qui avait signé la pétition de Catholiques en campagne en 2010, qui par la suite a discuté avec moi et m’a demandé l’an dernier, lorsqu’on lui a trnasmis la pétition du Collectif, si je pensais qu’il devait la signer ou non. Il y a aussi des blogueurs qui avaient des positions très tranchées au départ contre le Hellfest, comme le Chafouin, et dont la position s’est considérablement adoucie suite à des débats avec des métalleux (voit l’évolution entre le billet de pensées d’outre politique du printemps 2010 sur le Hellfest, et celui de l’hiver 2011 sur le même sujet). On ne convaincra sans doute pas les plus militants, mais il y a tout un entre deux qui est au contraire susceptible d’évoluer.J’ai bein vu que tu distingues entre les « mal informé » et les « talibans », mais le dialogue avec les plus durs peut parfois aider à celui avec ceux qui sont plus modérés, en montrant les excès des premiers. Et le dialogue est aussi sur le long terme. Certains arguments peuvent faire choux blanc, et refaire suface avec beaucoup plus de sens dans la mémoire de notre interlocuteur quelques années plus tard, après qu’il ait davantage mûri. Par ailleurs, dialoguer, ce n’est pas nécessairement convaincre ou accepter un compromis, mais réfléchir ensemble. Même si nous n’arrivons pas à convaincre nos interlocuteurs, ça nous permet de nuancer et d’affermir nos arguments, et rien que ça, ça rend le dialogue utile même avec les gens du Collectif ou les Yeux Ouverts.

    Quand à l’indifférence, tous les anti hellfest ne sont pas que des fanatiques obtus: certains ne sont ni d’extrême droite ni anti modernité, mais sont sincèrement choqués par la violence des paroles de certains groupes (j’en connais), et méritent à mon avis qu’on réponde à leur émotion et qu’on leur montre que la réalité du métal est plus rassurante que certaines apparences. Par ailleurs, il y effectivement quelques groupes qui axent leurs paroles sur la provocation et l’insulte, qui ont eux mêmes beaucoup de préjugés sur le christianisme, et si je suis contre l’idée de les interdire, je ne juge pas inutile de profiter de cette polémique récurrente pour réfléchir ensemble sur un efaçon de davantage se respecter mutuellement.

    « Autre élément : j’évoque la peur de déplaire… en lien avec la critique de l’affiche Hellfest, sur Radio Metal. Je trouve préoccupant que certains métalleux commencent à se poser la question de ce qui va plaire ou déplaire, ou attiser la violence d’extrêmistes. Sur ce coup, Radio Metal a servi la soupe à tous les censeurs en herbe en jouant une jolie partition de renoncement. L’autocensure est le meilleur service qu’on puisse rendre à Civitas, LYO et tous leurs copains. Cette affiche, franchement, n’avait rien de dramatique. Moi, j’y ai vu un clin d’oeil aux ligues de censure. Au pire, on peut trouver ça de mauvais goût, mais jusqu’à preuve du contraire, ça n’est pas illégal. »

    Ah, toutes mes excuses sur ce point: j’avais oublié au moment de répondre que les Yeux Ouverts avait mis en lien cet article, et je n’ai pas réalisé que c’était ce dernier que tu visais. Cela dit, comme tu sembles relier mon appel au dialogue à la possibilité d’un recul sur la programmation, je crois utile de rappeler que pour moi dialoguer ce n’est pas pareil que compromettre ses positions. Comme je l’indique dans ma réponse à Etienne, je n’approuve pas la déprogrammation d’Anal Cunt, et je suis réservé sur celle de Satanic Warmaster (cette dernière n’ayant d’ailleurs pas pour origine les anti hellfest mais des groupes invités au festival et des festivaliers). (cela dit, on peut comprendre que des gens qui mettent le Chist au centre de leur vie aient du mal à apprécier que certains groupes l’insultent à longueur de morceaux, et pas tous au second degré: Marduk, Gorgoroth ne cachent pas la sincérité de leur anti christianisme. Je suis fan de black et je reconnais ma dette musicale à leur égard, et je ne pense pas que la censure règlera le problème soulevé par elurs paroles, mais je comprends en partie l’émotion des antihellfest, d’autant qu’en tant que catholique, le discours de bon nombre de groupes de black me gonfle pas mal, même si je ne le dramatise pas).

    « Dernier point : non, il n’y a pas de censure des deux côtés. Comparer l’immense idiotie d’Enslaved (et de ses fans semble-t-il) à l’aune d’un seul concert, avec le délire renouvelé chaque année de LYO et de ce blog minable pour mettre à terre un festival de musique qui n’a rien demandé, ça n’a pas de sens. L’un annule un concert, l’autre s’attaque à la liberté d’expression et fait voeu de censure. Rien à voir. S’il s’agit de dire qu’il y a des cons partout, on est d’accord, mais mon propos, encore une fois, n’était pas là. »

    L’épisode d’Enslaved montre qu’il y a des gens parmi les métalleux qui ont une aversion du christianisme si grande qu’ils ont du mal à accepter qu’un groupe de black païen joue avec un groupe de black chrétien. Ce n’est peut-être pas la même démarche, mais dans les deux cas on est dans le rejet de l’autre et une certaine forme de communautarisme, même si comme je l’indiquais dans mon précédent commentaire la tendance est actuellement beaucoup plus forte chez les cathos que chez les métalleux.

    « Ce que je dis simplement, c’est qu’il est louable de vouloir convaincre ces gens, je trouve ça courageux et intéressant, mais, au-delà du changement de ton, quel résultat?? Toujours les mêmes attaques gorgées de mensonges et de haine envers une musique, des codes, un festival, que ces extasiés n’ont pas envie de comprendre. Il y a un moment où le dialogue devient dialogue de sourd. On ne les convaincra jamais, tout comme on ne convainc pas un taliban enfermé dans sa prison psychologique. Moi, je crois que la phase d’explication est dépassée. Tous les arguments ont été entendus, ressassés. Je prône l’indifférence ou le rire face à ce que je considère être des groupuscules obscurantistes et dangereux. On ne négocie pas avec ces gens-là. On maintient le cap, on ne cède rien, et le cas échéant, on leur rit au nez… »

    On ne convaincra pas tout le monde effectivement, et sûrement pas les plus militants comme Civitas. Mais on rend le débat visible, on montre que tout ne va pas de soi dans le discours des antihellfest. Et j’ai rencontré plusieurs personnes, aussi bien sur internet que dans la « vraie vie », qui avaient au départ de grandes préventions contre le metal, et qui ont évoluée du fait de ce débat. Enfin, si les arguments demeurent souvent les mêmes de leurs côtés, ils ne sont pas forcément tenus par les mêmes personnes. J’ai rencontré quelqu’un qui avait participé aux pressions sur coca cola en 2009, qui n’est certes pas devenu métalleux, mais qui se tient maintenant bien à l’écart de la polémique.

    Voilà. Désolé pour le ton peut-être un peu défensif de mon précédent commentaire, et merci pour les complimentss au début du tien. 🙂

    • Il y a un thème qui mériterait peut être je pense un billet de ta part, même si tu n’y a peut être jamais encore pensé : Beaucoup, et même énormément de métalleux (moi y compris) voient parfois d’un bon oeil cette haine du Metal qu’ont les cathos intégristes (très important ce mot hein) et d’autres personnes obtues et arriérées sur le Metal. Si notre musique est si vivante plus de 40 ans après sa création, c’est qu’elle est aussi nourrie de la haine qu’elle évoque chez les gens « bien comme il faut » (ironie inside). Je m’explique : Cette image malsaine marche aussi comme un épouvantail : Le corbeau (analogie : le gars idiot, non passionné et qui ne cherche pas à aller plus loin) va prendre peur et se barrer direct sans chercher à comprendre. Seul le passionné, le TRUE métalleux va pousser sa recherche plus loin, motivé par sa passion et son intérêt naissants. De ce fait cette musique ne souffre que rarement des effets de mode déplorables qui tuent un style musical très vite. Les t-shirts et les pochettes gores ça suffit aux cons pour se faire une idée fausse direct et du coup il s’en iront, nous laissant tranquilles entre gens passionnés et méritants, méritants car ils auront cherché, ils auront poussé l’écoute, l’ouverture d’esprit et la compréhension plus loin. C’est pour ça que je suis d’ailleurs contre l’apparition du Metal à la télé : J’ai pas envie que cette musique que j’aime tant devienne un effet de mode qui nous raménera son cortège de faux fans juste là parce que c’est cool d’être là. C’est pour ça qu’aujourd’hui cette musique est encore si pure. Je sais, je fais mon fan de MANOWAR un peu là ^^

      Après, ça me fait mal de lire tant de conneries parfois sur certains sites cathos, mais je suis un être humain, je suis pas à une contradiction près 🙂

    • @Darth Manu
      Bravo! Respect. Je retrouve la hauteur d’esprit que j’avais découverte sur ce site. J’avoue que tes arguments sont très convaincants et je conçois qu’il y a sans doute un manque de nuance dans mon analyse. Tu m’as ouvert les yeux (sans mauvais jeu de mots et sans référence à qui tu sais…) sur cette nécessité de dialogue, face à des gens désarmés ou manipulés. Ton argument sur les avis flottants me renvoie d’ailleurs à ma propre expérience, puisque j’ai récemment discuté avec un jeune prêtre, 26 ans, dans le cadre de mon travail, et notre échange a dérapé vers un débat sur la liberté d’expression et le Hellfest. Il me disait ne pas comprendre tout ce cirque, ces musiciens aux paroles et aux attitudes hostiles à sa foi, et on a parlé de mise en scène, de comédie, de liberté d’expression, et il a beaucoup apprécié. Je ne crois pas l’avoir transformé en fan de Lamb Of God, mais il a admis que c’était intéressant d’avoir ces éclaircissements. Et ça rejoint totalement ce que tu dis. Merci pour cette démonstration bien enlevée.
      Pour répondre à ta remarque sur « là ou je veux en venir » (et je mesure donc qu’une partie de mon discours était sans doute un peu brumeuse) c’est que je reconnais la nécessité du dialogue, la pédagogie, mais en ayant la volonté de ne pas oublier ses convictions intellectuelles ou artistiques, et sans faire de concessions à des arguments indéfendables. Nous sommes tous choqués par des choses très différentes, qu’elles relèvent de l’art, de la politique, de l’économie, que sais-je. Nous n’en demandons pas forcément l’interdiction pour autant, sinon par le dialogue, par le vote, par la manifestation, voire la justice. Pas par la mauvaise foi (mauvais jeu de mots là-aussi) et le mensonge, comme LYO. Personne n’oblige les catholiques à pogoter au Hellfest. Personne ne m’oblige à aller à la messe. Personne ne m’oblige à écouter et encore moins à penser comme Michel Sardou. Même punition pour Marduk et Gorgoroth. Il y aurait beaucoup à dire aussi sur ce qu’on entend par satanisme. Sur ce point, La Miviludes est très largement à côté de la plaque, comme l’ont démontré de nombreux chercheurs, à l’instar d’Olivier Bobineau.
      Je partage aussi totalement ton point de vue sur Anal Cunt, même si ce n’était pas, musicalement ni philosophiquement, ma tasse de thé.
      En gros, je déteste la censure, voilà. J’aurais dû commencer par ça!!!
      Merci pour ces échanges et bon courage pour la suite du dialogue avec tes interlocuteurs, quels qu’ils soient. Encore bravo pour le niveau et la qualité des débats, c’est excessivement rare sur le net!!!

  9. @Etienne:
    J’ai bien pris note de ton commentaire d’hier, et j’essaierai d’y repondre demain ou jeudi en detail. Toutes mes excuses pour ce retard, et pour une formulation peut etre un peu seche qui a pu faire paraitre l’expression d’un desaccord avec certaines de tes theses pour une mise en cause personnelle.

    @Benoit:
    Merci! 🙂

  10. Métalleux perplexe Says:

    Pour ma part, je ne crois pas que le Métal soit en cause, pas plus que cette « christianophobie », non sens absurde, le vraie cause est un retour à l’ordre moral, rigoriste, et passéiste. Un bégaiement de l’histoire. Le Métal, le rap, l’avortement, l’homosexualité, etc… sont les avatars de la sorcellerie, l’hérésie d’hier. L’art est subversif, c’est ainsi, même Eisenstein, le cinéaste officiel de Staline, a été excommunié, placé en résidence surveillée pour comportement bourgeois et dépravé. Pour le moment, ce sont des oeuvres marginales, peu médiatiques, et puis, ils interdiront les livres pour les mêmes thèmes. D’ailleurs Harry Potter subit les foudres de ces croyants méprisés et insultés. Peut-être que j’exagère, mais l’histoire nous a souvent montré qu’au départ, on brûle des livres et on finit par enfermer les gens « déviants ».

  11. @ Etienne web et Metalleux perplexe:

    J’ai à peu près complètement décroché d’internet depuis le début des vacances, et m’y remet peu à peu depuis le début de la semaine. Ce qui explique que je n’ai pas répondu à vos derniers commentaires. Je vous présente mes excuses pour ce retard, et j’essaierai de vous répondre après la publication de mon prochain article, je pense dans le courant du we.

  12. Mouais, quand je suis tombé sur ce blog, je dois bien avoué que j’ai bien ri.
    Pourquoi vouloir politiser un art qui fait à la base, plus appel à l’imaginaire qu’à une critique sociétale. Le metal, c’est pas du rap, ou du punk ou même du hardcore (excepté pour le thrash et le grind qui sont des dérivés du… punk. D’ailleurs, ces deux styles ont des messages nettement plus sociales). Nulle revendication dans le Metal. Rien, juste un outil pour extérioriser des émotions. Juste des sentiments retranscrits par des sons.
    Le metal peut avoir plusieurs colorations. De la joie, de la haine, de la colère, du calme etc bref toute la panel des sentiments humains, ni plus ni moins. Il est vrai que le côté lourd du metal lui donne un aspect assez abrupte, direct propice à la franchise mais cela ne va pas plus loin.
    Certes, le Metal extrême, avec ce qu’il propose, n’est pas pacifiste, ne serait-ce que par rapport à ses intonations. C’est sûr qu’il est relativement dur de trouver du pacifisme ou de la douceur, un appel à la tolérance dans les discours d’un Marduk au hasard.
    Certes, je sais qu’il est relativement courant de trouver de la vindicte et de la violence dans les groupes d’extrême gauche qui prône la tolérance et l’égalité : « en clair, c’est tu me suis ou je te pends ».
    Mais pour ma part, c’est ce qui les rend inaudible car profondément contradictoire avec leur démarche et ce qu’ils prônent. On n’impose pas la tolérance et l’ouverture aux autres avec un flingue, enfin cela me semble évident (Spécial dédicace à SOS Racisme).

    Pour en revenir au Metal, tout dépend de ce qu’on écoute et de son état d’esprit. Pour ma part, je ne me vois pas écouter du Canniboule en regardant la Petite Maison dans la Prairie.
    Tout comme je n’irai pas écouter de la musique folk en regardant un film d’horreur…
    Chaque musique a son état d’esprit. Et puis, tout le monde fait bien comme il veut ma foi tant qu’il éprouve du plaisir. Le bon goût ne se discute pas. Certains trouvent même Mimi Mathy très belle et bandante…

    Pour aller plus loin dans la démarche, je dirai que la provocation des groupes de Metal en Europe et dans le monde occidental en général est proportionnel à la faiblesse, et disons le carrément, à la soumission/extrême tolérance (oui je mêle les deux car une tolérance extrême mène au renoncement et finalement à la soumission) du Christianisme.
    Pourquoi croyez vous que l’Islam soit si peu critiqué ? Parce qu’il inspire la peur. Parce qu’il se défend à l’image des locaux de Charlie Hebdo qui ont terminés en flamme.
    Mes chèrs curés, vous qui dissertez sur le faible nombre de jeunes hommes qui ont désertés les Eglises, peut-être que le pacifisme, le peu de virilité présent dans l’imagerie du Christianisme moderne, en est l’une des raisons majeures.
    Un jeune homme a besoin de se sentir dominant et guerrier pour exister. Bien avant d’aimer. Voilà pourquoi le Christ a été abandonné. Parce qu’il ne symbolise plus la crainte, ni la peur. Parce que ses messages se sont féminisés un peu comme l’ensemble de la société. Les jeunes hommes ont besoin de se sentir Homme. Ils ont besoin de sentir qu’ils en ont une entre les deux jambes. Je sais, c’est animal mais c’est aussi profondément humain.
    Parce que l’image de Marie a remplacé l’image d’un dieu dur, guerrier, qui peut être cruel. Parce que la tolérance tout azimut du Christianisme actuelle mène à la tombe, au remplacement, à la soumission et à la collaboration.
    Que le Christianisme des Templiers ressuscitent, et vous verrez que les Eglises se rempliront à nouveau. Il est d’ailleurs amusant de constater que la logique de l’Eglise actuelle, ce sont les 68tards laiques, tous les peace and love tous les gauchos déchristianisés qui la représentent le mieux. Pauvre Eglise. Etre représenté par ceux qui n’ont cessés de se battre pour sa destruction, n’est-ce comique ou pathétique ? Ceux qui se sont accaparés sa logique en annihilant tout rapport au divin, toute transcendance spirituelle. Ainsi, les gauchos d’aujourd’hui sont devenus les croyants d’antan, en tuant dieu.
    Au fond, ce que les jeunes hommes critiquent dans le Metal extrême actuel en insultant le Christianisme, c’est l’image qu’il est devenu. C’est à dire quelque chose de gentil, de mou, de faible et de lâche. Bref, quelque chose de pacifique à l’image du petit binoclard premier de la classe, dont tout le monde se moque parce qu’il n’ose exprimer sa nature. Il est le parfait contre exemple de l’Homme, qui doit assumer sa virilité pour conquérir et donner la vie. La dureté, la virilité, il la retrouve dans le Metal ou dans le rap, plus dans le catéchisme d’aujourd’hui. Le père fouettard a disparu. Il est mort avec Vatican II. Allah lui inspire le respect. Plus Jésus. Il est grand temps que cela change ou bien il sera malheureusement trop tard… un animal trop faible et chétif finit toujours par se faire manger. Les européens n’assument plus leur masculinité, par culpabilité chrétienne, mauvaise conscience ou compassion de merde. Les jeunes qui écoutent du Metal, essaient juste d’échapper à cette fatalité. I want to be a bad boy, voilà ce qu’ils essaient de dire. Et pas besoin d’avoir bac +10 en sociologie pour s’en apercevoir. Parce que pour conquérir la femelle, il faut toujours un peu de haine, un peu d’irrespect, un peu de rancoeur. On ne peut baiser ce qu’on aime trop. Zemmour m’habite depuis peu, après avoir bien réfléchi sur la question.
    Signé un athée pur et dur.

  13. Bof … sans vouloir te vexer Corvus, je crois que tu généralises un peu vite. Les types qui « conquièrent la femelle » comme toi j’aurai plutôt tendance à les fuir qu’autre chose. Et je pense sincèrement que ceux qui insistent le plus sur leur virilité sont ceux qui en doutent le plus. T’es un mec quoi, on le sait, pas la peine de préciser que tu « en as », c’est fourni avec.
    Et puis je vois pas trop en quoi taper sur une religion qui ne se défend pas, comme tu le fais remarquer, fait de toi un « bad boy ». Les blackeux européens qui insultent le christianisme seraient donc moins couillus que les blackeux arabes qui insultent l’islam ? Si on suit ton raisonnement c’est vers eux que les nanas devraient accourir … Quand tu grandiras un peu tu verras qu’on peux aussi réfléchir avec sa tête, et puis même aussi avec son coeur (tu sais, c’est pas un gros mot).

    Bon enfin … je pense que tu as raison de dire que si le christianisme était moins pacifique, mou, etc …, bref, s’il parlait moins d’amour et plus de guerres, il aurait plus de succès. C’est malheureux mais c’est sûrement vrai. Ce serait un peu con par contre, parce que le message qu’il véhicule, c’est justement l’amour et pas la guerre. Bref, penses-tu qu’il serait vraiment judicieux de changer le message d’une religion pour faire venir plus de fidèles ? Quel est l’intérêt de faire venir artificiellement des gens qui ne sont pas intéressés par le message de base ?

    Et pour oser un parallèle qui te parle, serait-tu d’accord pour changer le message et la musique du black metal (ou du metal tout court) pour que notre style favori ait un plus large public ? Tu sais, tous ces gens qui ne sont pas intéressés par notre musique mais qui viendraient si ça devenait à la mode, et qui râleraient dès qu’on les bouscule un peu ou qu’on leur envoie des cheveux dans la tête pendant un concert … Ça t’intéresses pas ?
    Bin je crois que les guerriers-virils-de-la-mort, ça intéresse pas trop les cathos non plus …

    Signé : une pas catholique.

    PS : je viens d’y repenser, si tu n’as pas encore vu A Headbanger’s journey de Sam Dunn, tu devrais t’y pencher. Il y a une réflexion intéressante sur « le courage qu’avaient les mecs de se travestir ». Eh oui, ceux qui sautaient le plus les filles, c’étaient pas les trashos poilus, c’étaient les glamouzes maquillés …

    • Marie : Bof … sans vouloir te vexer Corvus, je crois que tu généralises un peu vite. Les types qui “conquièrent la femelle” comme toi j’aurai plutôt tendance à les fuir qu’autre chose. Et je pense sincèrement que ceux qui insistent le plus sur leur virilité sont ceux qui en doutent le plus. T’es un mec quoi, on le sait, pas la peine de préciser que tu “en as”, c’est fourni avec.

      Tu n’as rien compris Marie. Je ne parle pas de moi, en mon nom mais de ce que j’ai pu constater avec mes yeux, au quotidien. Pourquoi crois tu qu’il y a tant de jeunes hommes qui sont attirés par le rap et le metal ? Pourquoi ? Parce qu’il y a l’image du bad boy, du type qui porte ses couilles, c’est tout comme un type qui exhibe sa bagnole pour montrer qu’il a un gros phallus. C’est peut-être un peu frustre comme vision des choses, un peu trop animal mais l’homme sans le cérébral, c’est un animal. C’est un homme, c’est dieu, le spirituel mais aussi satan, l’animal. Le metal avec la violence qu’il véhicule, est le contraire de l’image doux du christ, de son appel à la tolérance, à la compassion, de son aspect féminin des rapports humains blabla bla. Un homme, ça aime ce qui est couillu, abrupte, bourrin. Un homme, ça pue le foutre, ça aime quand ça rentre dans le lard. Le metal, ça pue la bite, c’est ça la vérité. Et le Christ d’aujourd’hui est devenu une femme. Il a été émasculé à l’image de Vatican 2. Il a perdu ses couilles. Les hommes s’en sont donc naturellement éloignés. Les femmes qui attendent des hommes forts et protecteurs aussi.
      L’image du Templier, ça ça s’est fait bander les jeunes. Cà c’est une image valorisante à laquelle un homme, un vrai peut s’identifier. Pas les espèces de gay pédophile qui nous servent de curé.

      Marie : Et puis je vois pas trop en quoi taper sur une religion qui ne se défend pas, comme tu le fais remarquer, fait de toi un “bad boy”.

      Peut-être pour qu’il y ait une réaction justement. Enfin, c’est ce que je pense. Les chrétiens se font massacrer un peu partout dans le monde sans réagir. C’est quoi le but des chrétiens aujourd’hui, tendre le joue, se faire frapper sans se défendre, se faire enfiler bien profond ? C’est ça le but ? Désolé, mais tout le monde n’est pas maso. Et le but d’un homme dans la vie, c’est de se sentir protecteur. C’est de vivre. C’est de conquérir. Pas d’être conquis. Méditez bien sur ça les amis. Un homme aime marquer l’Histoire. Il n’aime pas être effacé.

      Marie : C’est malheureux mais c’est sûrement vrai. Ce serait un peu con par contre, parce que le message qu’il véhicule, c’est justement l’amour et pas la guerre.

      Message bisounours de 68tards. Exactement ce que je dénonçais dans mon message précédent. La guerre fait partie de l’Homme mon ami. La vie est un combat permanent pour la survie. Pose toi la question pour savoir pourquoi autant de jeunes aiment les jeux de guerre.
      La raison est pourtant simple. Un homme doit se battre pour survivre, sinon il crève ou se fait remplacer par d’autres, plus combatifs et rigoureux à l’image de l’Europe d’aujourd’hui. Pourquoi crois tu que le Christianisme perd chaque année de sa vitalité et de ses adeptes ? Parce qu’il a refusé de se battre. D’autres religions prennent donc sa place. Et les jeunes hommes, en particulier, s’en détournent en désespoir de cause. Parce que les templiers se sont transformés en tarlouze qui ne savent ni ne veulent plus défendre leur foi, leur pays, leur pensée, leur âme, et ça ma chère, ça ne fait pas rêver les hommes et ça fait fuir les femmes. Parce qu’une femme a aussi besoin de sentir protégée.

      Marie : Et pour oser un parallèle qui te parle, serait-tu d’accord pour changer le message et la musique du black metal (ou du metal tout court) pour que notre style favori ait un plus large public ?

      Moi, j’écoute de la musique pour moi, pour ma gueule, pas pour celle des autres. Bon j’ai écris ça à l’arrache mais voilà en gros ce que je pense.

  14. « Pourquoi vouloir politiser un art qui fait à la base, plus appel à l’imaginaire qu’à une critique sociétale. Le metal, c’est pas du rap, ou du punk ou même du hardcore (excepté pour le thrash et le grind qui sont des dérivés du… punk. D’ailleurs, ces deux styles ont des messages nettement plus sociales). Nulle revendication dans le Metal. Rien, juste un outil pour extérioriser des émotions. Juste des sentiments retranscrits par des sons. »

    Qui parle de politiser le métal? Mon blog est apolitique, même si j’ai bien sûr des convictions politiques comme beaucoup. Je ne fais pas la promotion d’un métal « engagé » politiquement. Je pars du constat d’un conflit: celui entre certains chrétiens qui juge le metal blessant pour leur foi et/ou dangereux pour le Bien Commun, et certains métalleux qui estiment que le christianisme est un doctrine erronée et source d’aliénation et//ou d’opression. A mon avis, cette opposition s’appuie sur une mauvaise connaissance mutuelle et sur des partis pris qui passent à la fois à côté de la réalité du metal et de celle du christianisme. Mon objectif est de dresser des ponts entre les deux communautés, chrétienne et métalleuse, pour aider à dissiper les oncompréhension et à promouvoir le respect mutuel. Vous avez le droit de désapprouver ce projet, mais il n’est pas politique. Commencer votre critique de mon blog en lui prêtant un contenu et des intentions qu’il n’a pas, c’est une entrée en matière fort peu convaincante, convenez-en…

    « Le metal peut avoir plusieurs colorations. De la joie, de la haine, de la colère, du calme etc bref toute la panel des sentiments humains, ni plus ni moins. Il est vrai que le côté lourd du metal lui donne un aspect assez abrupte, direct propice à la franchise mais cela ne va pas plus loin.
    Certes, le Metal extrême, avec ce qu’il propose, n’est pas pacifiste, ne serait-ce que par rapport à ses intonations. C’est sûr qu’il est relativement dur de trouver du pacifisme ou de la douceur, un appel à la tolérance dans les discours d’un Marduk au hasard.
    Certes, je sais qu’il est relativement courant de trouver de la vindicte et de la violence dans les groupes d’extrême gauche qui prône la tolérance et l’égalité : “en clair, c’est tu me suis ou je te pends”.
    Mais pour ma part, c’est ce qui les rend inaudible car profondément contradictoire avec leur démarche et ce qu’ils prônent. On n’impose pas la tolérance et l’ouverture aux autres avec un flingue, enfin cela me semble évident (Spécial dédicace à SOS Racisme). »

    heu, ok, mais en quoi est-ce que cette anlyse contredit le discours tenu sur mon blog en général ou ce billet en particulier.

    « Pour aller plus loin dans la démarche, je dirai que la provocation des groupes de Metal en Europe et dans le monde occidental en général est proportionnel à la faiblesse, et disons le carrément, à la soumission/extrême tolérance (oui je mêle les deux car une tolérance extrême mène au renoncement et finalement à la soumission) du Christianisme. »

    Pas vraiment d’accord: Les années 1980 ont connu des campagnes très dures contre le metal, le gothique, les jeux de rôle et toute une contr-culture qui paraissait un peu morbide et suspecte de satanisme, notamment aux Etats-Unis (http://en.wikipedia.org/wiki/Satanic_ritual_abuse). La fin des années 80 a connu un durcissement des thématiques anti chrétiennes et satanistes au sein du metal, avec l’avênement de grpoupes de death comme deicide ou morbid angel, puis du black metal. Pour moi l’intolérance est née de l’intolérance, et le discours pseudo nietszchéen sur le chrisitinanisme religion des faibles est une construction idéologique venant justifier a posteriori ce qui était au départ une réaction contre les campagnes dextrémistes chrétiens, d’associations familiales etc.

    « Pourquoi croyez vous que l’Islam soit si peu critiqué ? Parce qu’il inspire la peur. Parce qu’il se défend à l’image des locaux de Charlie Hebdo qui ont terminés en flamme. »

    Moi j’ai l’impression qu’internet croule littéralement sous les blogs entièrement consacrés à la critique de l’islam (et d’ailleurs je me demande si vous ne venez pas de l’un d’entre eux, vu le nombre de liens entrants que j’ai en provenance de fdesouche depuis hier).

    « Que le Christianisme des Templiers ressuscitent, et vous verrez que les Eglises se rempliront à nouveau. Il est d’ailleurs amusant de constater que la logique de l’Eglise actuelle, ce sont les 68tards laiques, tous les peace and love tous les gauchos déchristianisés qui la représentent le mieux. Pauvre Eglise. Etre représenté par ceux qui n’ont cessés de se battre pour sa destruction, n’est-ce comique ou pathétique ? Ceux qui se sont accaparés sa logique en annihilant tout rapport au divin, toute transcendance spirituelle. Ainsi, les gauchos d’aujourd’hui sont devenus les croyants d’antan, en tuant dieu. »

    J’ai une nouvelle qui va vous faire plaisir: beaucoup de sites cathos (type le salon beige, e deo, perepiscopus, riposte catholique) ne disent pas autre chose que vous, et ce sont souvent les mêmes qui sont à la pointe du combat contre le Hllfest et le metal. Etrangement, je n’ai pas l’impression que leur démarche « virile » leur vale beaucoup plus de respect de la part des métalleux, bien au contraire, alors que les cathos qui font le jeu du dialogue ou de l’écoute comme Robert Culat ont réussi à susciter l’attention et même la sympathie de nombreux métalleux, même sur des sites de metal extrême. l’intolérance appelle l’intolérance, et le respect le respect; (pour savoir ce que je pense du catholicime « viril », lisez mon billet « christianophobie, christianofolie ».

    « Signé un athée pur et dur »

    Content pour vous.

    • Darth manu : Qui parle de politiser le métal? Mon blog est apolitique, même si j’ai bien sûr des convictions politiques comme beaucoup. Je ne fais pas la promotion d’un métal “engagé” politiquement.

      Je crois que tu n’as pas compris mon message précédent. Pour moi, idéologie/politique et religion, même combat. Sauf que dans l’un des deux cas, il y a la carte du rationalisme en jeu (pour moi, un gaucho, c’est un type déchristianisé qui se prend pour dieu alors que le droitard invoque Dieu pour se disculper de ses péchés et pour le pardonner d’être un minable). J’ai parlé de politique pour montrer justement que le metal en général (excepté pour les courants les plus influencés par le punk comme le thrash et le grind) était apolitique. Ses sujets de prédilection sont donc autres et font souvent appels à l’imaginaire comme les groupes de heavy metal. Alors, certes, il y a des groupes anti religion, mais cela ne concerne pas TOUS les groupes. C’est pour ça que je trouve d’ailleurs la démarche de ce blog absurde. D’autant plus que les attaques au message du Christ sont légions dans notre société post moderne (autant dans ces cas là, faire une attaque globale de cette société).
      Je complétais en outre en disant qu’il me semblait ridicule de se plaindre que des messages dans des groupes comme Marduk, Sadistik Exekution, Bestial Warlust sonnaient très intolérants, trop guerriers, trop fachos, pas assez pacifistes parce que c’était une coloration du son (désolé pour l’expression, mais je n’ai pas envi de réfléchir 50 ans pour trouver un terme juste donc j’écris comme ça vient). Pour reprendre l’image, regarder un film d’horreur avec la bande son de blanche neige et les 7 nains, est une infamie. Pour le black metal, c’est un peu pareil. Je n’ai pas envie d’écouter un groupe de black metal qui dit I love you ou aimez vous les uns les autres. Cà n’a pas de sens. C’est ridicule. Et je pense que beaucoup de groupe pense un peu comme ça. Toi comprendre moi ? Il est normal voir évident de voir des groupes de black metal qui propagent des messages anti chrétiens. Pourquoi ? Parce que justement, le Christ, en gros, c’est gentil, sympa et le message va difficilement avec le son véhiculé du black metal ou du death metal.
      Je fais parti de ceux qui pensent que chaque son véhiculé propage des émotions particulières. C’est limite si j’intellectualise, cérébralise le son. Et pour moi, la haine propagée par le son du black metal ne va pas avec le message du Christ.
      Après, j’ai fini par ajouter en disant que tout le monde pouvait trouver son bonheur là il veut. La preuve, certains ont le bon goût d’aimer Mimi Mathy ou Rihanna au hasard. Je peux donc parfaitement concevoir qu’on puisse faire le grand écart, et aimer Mayhem avec l’imagerie de Candy.

      Darth manu : Pas vraiment d’accord: Les années 1980 ont connu des campagnes très dures contre le metal, le gothique, les jeux de rôle et toute une contr-culture qui paraissait un peu morbide et suspecte de satanisme, notamment aux Etats-Unis

      Mais les USA sont protestants, pas très catholiques en vérité. Cet argument ne tient pas. D’ailleurs, à ce sujet, les sectes évangéliques sont les seuls à vraiment progresser dans le monde chrétien et à convertir en masse. Pourquoi ? Parce qu’elles ont une démarche prosélyte, volontaire et conquérante. A l’inverse, le reste du Christianisme est devenu mou et flasque, sauf peut-être pour les orthodoxes, comme par hasard, qui eux n’hésitent pas à se défendre et à être virulent quand le situation le demande. On dirait que les chrétiens d’aujourd’hui ont peur de montrer leur foi. A noter que je ne parle pas de la démarche des groupes mais plus du public (je ne suis pas sûr que la démarche soit la même à proprement parlé). A noter aussi que les USA sont un pays très particulier. Le Metal y est là bas souvent politisé et souvent beaucoup moins anti religieux.

      Darth manu : Moi j’ai l’impression qu’internet croule littéralement sous les blogs entièrement consacrés à la critique de l’islam (et d’ailleurs je me demande si vous ne venez pas de l’un d’entre eux, vu le nombre de liens entrants que j’ai en provenance de fdesouche depuis hier).

      Non non, vous devez vous tromper de personne. Je suis beaucoup trop anti chrétien pour être associé à toute cette clique, à toutes ces grenouilles de bénitier. A ce sujet, je remarque souvent que les chrétiens et les musulmans sont souvent main dans la main pour lutter contre le droit au blasphème sauf qu’en vérité, l’un obtient davantage de droits et de fruits que l’autre (pourquoi à votre avis ?).
      Moi je te parle de la réalité, pas d’internet qui n’est qu’un monde virtuel. Les quelques voix qui s’élèvent contre l’Islam aujourd’hui sont dus à la multitude d’attentats qui sont perpétués en son nom dans le monde à l’heure actuelle.
      Les chrétiens se font défoncer un peu partout dans le monde. Les cooptes sont en voie d’épuration en Egypte dans l’indifférence générale. Les chrétiens en Irak, on n’en parle même pas. Balayés. En Turque, on décapite des curés. Bref, tout va bien, aucune réaction !
      Il y a peu, il y a des centaines de manifestation devant la Mairie de Clermont Ferrand qui manifeste avec des Allah Akbar !!!

      Ou alors cette vidéo édifiante ! http://www.youtube.com/watch?v=c1AzXCLk8I4
      Non, avec toute la merde que les musulmans provoquent dans le monde, c’est un miracle qu’ils ne soient pas lynchés, tout du moins en Europe. J’y vois ici un syndrome typiquement chrétien, lié à la tolérance, à l’accueil de l’autre, à la charité, à la repentance, à la culpabilité mal placée, bref blabla.
      D’ailleurs, une anecdote qui ne trompe pas : chaque mois, Charlie Hebdo chie sur les chrétiens sans que cela froisse personne. Charlie Hebdo chie une fois sur les musulmans. Hop, un cocktail molotov, plus de locaux. Des journalistes qui filent droit dès à présent. Deux religions, deux réactions radicalement différentes. Une réaction de pleutre. Une autre qui inspire le respect. Amusant de voir tous ces gauchistes soutenir les islamistes. Delanoë s’imagine peut-être qu’il n’aura pas une corde autour du cou le jour où les musulmans seront majoritaires dans ce pays. Il suffit juste de voir de la manière dont sont traités les homosexuels en terre d’Islam pour se convaincre de la lâcheté de tels individus. Mais en même temps, en quoi est-ce une surprise ? On n’attaque pas ce qui est fort, voilà la réalité. Et ceux qui tapent sans arrêt sur le Christianisme aujourd’hui se coucheront à coup sûr devant l’Islam. Pourquoi ? Pour une simple question de peur et de respect.
      Certes, et vous vous en doutez bien, je ne suis pas en train de faire l’apologie de l’islam. Je suis juste attristé par le si peur de vigueur, de hargne des chrétiens. On croirait presque qu’ils sont près de l’abattoir, qu’ils ont perdu leur couille, leur virilité que beaucoup de jeunes, d’ailleurs retrouvent dans le Metal et d’autres musiques couillus. Amen

      Darth manu : J’ai une nouvelle qui va vous faire plaisir: beaucoup de sites cathos (type le salon beige, e deo, perepiscopus, riposte catholique) ne disent pas autre chose que vous, et ce sont souvent les mêmes qui sont à la pointe du combat contre le Hellfest et le metal.

      Mais c’est génial. J’incite leur combat. Je suis tout contre. Je suis persuadé qu’il faut s’imposer dans la vie si on veut être respecté. Pourquoi je refuserai aux autres ce que je prône moi-même ?

      Darth manu : Etrangement, je n’ai pas l’impression que leur démarche “virile” leur vale beaucoup plus de respect de la part des métalleux, bien au contraire, alors que les cathos qui font le jeu du dialogue ou de l’écoute comme Robert Culat ont réussi à susciter l’attention et même la sympathie de nombreux métalleux, même sur des sites de metal extrême. l’intolérance appelle l’intolérance, et le respect le respect; (pour savoir ce que je pense du catholicime “viril”, lisez mon billet “christianophobie, christianofolie”.

      Tout dépend de quel côté on se situe. Du côté du Metal (enfin, une certaine frange, la frange anti chrétienne) ou du côté du Christianisme.
      A noter que la démarche de ces cathos traditionalistes ne fut pas mauvaise du tout parce qu’elle a permis la venue de groupes croyants au Hellfest, j’ai cru comprendre. He oui, le respect, ça se gagne souvent par la force. Le respect, c’est d’ailleurs une valeur de truand à la base.
      Et puis, le Black Metal au Hellfest, sérieusement… un vrai blackeux se bat contre ce genre de festival.
      Les amerlocs sont plus intelligents. De part leur attitude prosélyte, ils ont réussi à donner au black metal une couleur plus positive, plus consensuelle, moins haineuse. On parle alors de Grey metal. C’est cool ça. Ils me donnent raison.

      • Natural_Induction Says:

        Un passage du texte du dessus m’a fait réagir, en plus de l’idée générale qui s’en dégage :

        « chaque mois, Charlie Hebdo chie sur les chrétiens sans que cela froisse personne. Charlie Hebdo chie une fois sur les musulmans. Hop, un cocktail molotov, plus de locaux. Des journalistes qui filent droit dès à présent. Deux religions, deux réactions radicalement différentes. Une réaction de pleutre. Une autre qui inspire le respect »

        Une réaction qui inspire le respect? Vraiment?

        Pour toi le fait de se servir de la violence comme d’une solution unique pour se défendre, et qui plus est défendre quelque chose d’intrinsèquement indéfendable (à savoir la suprématie de l’Islam comme étant la seule vraie religion et celle qui doit être respectée en toutes circonstances, et surtout jamais critiquée) est respectable?
        Tu as un drôle de point de vue pour quelqu’un qui semble être athée et détester les religions en général.

        Est ce que les dérives islamistes comme les attentats, les châtiments corporels envers les femmes ou les homosexuels et le traitement pire que les animaux de tout ceux qui ne vont pas dans le sens du prophète t’inspirent aussi le respect? a tout hasard…

        J’ajouterai que en tant que fan de metal, je ne verrai aucune fierté à ce que des biens chrétiens en France soient détruits (façon Norvège des 90’s) en réactions aux nombreuses et ridicules accusations concernant le hellfest, bien au contraire. Dés lors qu’il est surdimensionné par rapport à l’agression, l’usage de la violence est l’apanage du médiocre et du faible d’esprit et il est le seul à pouvoir s’en glorifier.
        Peut être justement parce qu’à défaut d’en avoir dans la tête, il sent qu’il en a entre les jambes?

        Et est ce que faire preuve d’un peu d’intelligence, de retenue et le fait de garder son sans froid c’est être un pleutre?
        Je dirai plutôt que c’est se comporter en Homme, au sens propre et noble du terme. Pour autant, cela ne signifie pas qu’il faille « tendre l’autre joue » et ignorer les menaces qui peuvent peser sur nous, mais il n’est jamais bon de tendre vers l’affectif et d’oublier de réfléchir avant.
        Et franchement, un truc comme Charlie Hebdo (effectivement dur à l’égard des religions) est bien la dernière chose qui peut menacer qui que ce soit. C’est une forme « extrêmisée » de la liberté d’expression et je préfère encore qu’on ait le droit d’être politiquement très incorrect plutôt que l’inverse…

        Tu as probablement pu voir que les mouvements chrétiens ultra tradi sont bien plus actifs qu’il n’y parait vu de l’extérieur et que, comme toi, ces gens la considèrent que toute trace de « réflexion et d’objectivité détachée de principes religieux incriticables » est a proscrire.
        Sache également que si ces gens avaient le pouvoir pour appliquer leurs intentions, le courage que tu leur prêtes ferait que , en tant que métalleux, tu serais depuis longtemps passé dans un centre de redressement mental afin que te quitte le vice diabolique qui t’habite. Non décidément, le courage des extrémistes est une bien belle notion !

        Et je le répète, réfléchir ainsi ne signifie pas pour moi avoir perdu ses couilles ou sa virilité (le simple fait d’en appeler à cette notion pour des problèmes de cette importance est inquiétant…). Mais ceux qui, d’après toi ,les possèdent encore sont encore plus préoccupés par les problématiques de société ici que par une future invasion islamiste (certains cathos ultra préfèrent même lutter à leur coté pour diminuer la part de laïcité dans notre pays, car ils ont plus peur encore de la république que des musulmans, et sont persuader de pouvoir les convertirs plus tard, avec l’aide de la puissance divine! Surréaliste non?).
        Bref, je maintient que l’on peut être réfléchit et avoir malgré tout envie d’envoyer se faire voir toute forme d’extrémisme à tendance religieuse (ou non) qui voudrait s’accaparer plus de pouvoir.

        Pour ma part, je me réjouis qu’il y ait encore aujourd’hui en France bien plus de chrétiens dans la veine de DarthManu que dans celle des fans de Civitas ou de la blogsphère que décrit le dernier article, sans quoi nous serions déjà retourné en croisade pour libérer le monde arabe et, avec le concours de ceux d’en face, essayer d’exploser les précédents chiffres concernant le massacres en quantités industrielles d’êtres humains.
        Initiatives ô combien constructives, tout le monde en conviendra (car oui, quand on joue à « qui aura la plus grosse », c’est comme ça que ça fini…)

        M’enfin si tu préfères un monde encore plus extrême et violent que celui que l’on a déjà, dans lequel les intégristes de tout bords s’affronte à coup de bombes et en appellent à leur dieu respectifs pour se convaincre qu’ils ont tout pouvoir sur les autres qui ne leur ont rien demandé, alors libre à toi… Mais dans un tel monde, nous serons aussi parmi les 1er à disparaitre… A méditer.

      • Corvus ou Baal, quelle importance ? Says:

        Natural Induction : Une réaction qui inspire le respect? Vraiment?
        Pour toi le fait de se servir de la violence comme d’une solution unique pour se défendre, et qui plus est défendre quelque chose d’intrinsèquement indéfendable (à savoir la suprématie de l’Islam comme étant la seule vraie religion et celle qui doit être respectée en toutes circonstances, et surtout jamais critiquée) est respectable?

        Je me place au delà du bien et du mal. Evidemment, PERSONNELLEMENT, je trouve cette attitude monstrueuse, mais d’un point de vue pragmatique, si on se situe du côté de la force et si on regarde le résultat escompté, les critiques de Charlie Hebdo et de la Presse en générale à l’égard de l’Islam seront à l’évidence beaucoup moins nombreuses et virulentes. Pourquoi ? Parce qu’il y aura toujours la crainte, la peur ne de pas s’en sortir indemne. Et oui, le respect émane, découle souvent de la peur. Comme je l’ai d’ailleurs déjà dit, le respect est une valeur de truand à la base… Un enfant, lorsqu’il est pris pour cible par d’autres gamins. Il a deux solutions : soi il va voir les supérieurs, soi il tape et gagne ainsi le respect des autres. Soi il subit et prend des coups en espérant que ses bourreaux se calmeront.
        Regarde les fameuses banlieues difficiles. Pourquoi crois tu qu’elles obtiennent tant d’aides alors qu’elles sont beaucoup moins misérables, en proportion que les habitants de la Creuse ou du Cantal (département ayant le plus haut taux de pauvreté, bien devant la Seine Saint Denis) ? Tribalat l’explique très bien (en Seine Saint Denis, les aides de l’état sont multipliées par 100 comparées à d’autres départements bien plus pauvres). Parce que, à nouveau, les gens qui y habitent, inspirent la peur et dans une moindre mesure, la compassion. Alors, on les choie pour essayer vainement de les calmer en ne voyant pas que la réponse fait aussi partie du problème. Parce qu’elles ont très bien compris comme ça fonctionnait.
        Quant aux paysans de la Creuse et au monde rural dans son ensemble, tout le monde s’en fout. Parce qu’ils crèvent en silence, parce qu’ils ne se plaignent jamais et, surtout, parce qu’ils ne manifestent jamais leur colère ou trop rarement.

        Il faut donc savoir ce que l’on veut. Vous avez deux attitudes. Vous avez une attitude faite de compréhension et de résignation. Celle qui fait le pari du dialogue et de l’intelligence amen (hum hum, quand on fait le bilan de notre siècle, c’est une vaste plaisanterie…). Et puis il y a l’autre. Celle qui s’impose par la force et la cruauté.
        Qui l’emporte à l’échelle de l’Histoire ? Souvent celui qui a fait l’éloge de la force et de la brutalité.
        Michel Onfray, que j’apprécie particulièrement, ne dit rien d’autre dans cette vidéo.

        Natural Induction : Et est ce que faire preuve d’un peu d’intelligence, de retenue et le fait de garder son sans froid c’est être un pleutre?
        Je dirai plutôt que c’est se comporter en Homme, au sens propre et noble du terme. Pour autant, cela ne signifie pas qu’il faille “tendre l’autre joue” et ignorer les menaces qui peuvent peser sur nous, mais il n’est jamais bon de tendre vers l’affectif et d’oublier de réfléchir avant.
        Et franchement, un truc comme Charlie Hebdo (effectivement dur à l’égard des religions) est bien la dernière chose qui peut menacer qui que ce soit. C’est une forme “extrêmisée” de la liberté d’expression et je préfère encore qu’on ait le droit d’être politiquement très incorrect plutôt que l’inverse…

        Je ne parle pas de toi, de ce que tu penses, mais du résultat concret, factuel.

        Natural Induction : Mais ceux qui, d’après toi ,les possèdent encore sont encore plus préoccupés par les problématiques de société ici que par une future invasion islamiste

        Déjà présente. Je suis surpris par cette myopie. Dans le 93, le prénom numéro 1 donné dans les maternités, c’est Mohamed. A Bruxelles, capital de l’Europe, en 2030, les musulmans seront majoritaires. Dans les vidéos postées, certains islamistes revendiquent déjà le chiffre de 10 millions de personne ce qui est plausible (à l’échelle du temps, en 40 ans, c’est énorme, je me demande même comment certains peuvent encore parler d’immigrations concernant ces mouvements massifs de population : à ce stade là, c’est du délire hypocrite).

        Natural Induction : Bref, je maintient que l’on peut être réfléchit et avoir malgré tout envie d’envoyer se faire voir toute forme d’extrémisme à tendance religieuse (ou non) qui voudrait s’accaparer plus de pouvoir.

        Sauf que pour le moment, un mécréant risque beaucoup plus de crever en terre d’islam qu’en terre chrétienne, c’est l’évidence même. Le Coran est en outre, non réformable et 10000 fois plus violent que la Bible. Les bûchers, c’est fini depuis longtemps. Et pour cause, le Christianisme païen a été enterré.

        Natural Induction : (certains cathos ultra préfèrent même lutter à leur coté pour diminuer la part de laïcité dans notre pays, car ils ont plus peur encore de la république que des musulmans, et sont persuader de pouvoir les convertirs plus tard, avec l’aide de la puissance divine! Surréaliste non?).

        Je ne défends pas les chrétiens. Je dis juste qu’il est normal, voir naturel qu’ils se défendent. je fais l’éloge de la force, de la santé et de la vie. Je ne vois pas pourquoi je devrai m’insurger contre ce que j’aime. Je suis juste logique avec moi-même.

        Natural Induction : Pour ma part, je me réjouis qu’il y ait encore aujourd’hui en France bien plus de chrétiens dans la veine de DarthManu que dans celle des fans de Civitas ou de la blogsphère que décrit le dernier article, sans quoi nous serions déjà retourné en croisade pour libérer le monde arabe et, avec le concours de ceux d’en face,

        Mais nous sommes déjà partis en Croisade pour les libérer. Le droit d’ingérence, c’est quoi ? Essayer de faire des autres, des clones de nous-mêmes ? Notre monde actuel n’est il pas la concrétisation de cette utopie nivelant et uniformisante ? D’ailleurs, on voit très bien ce que cela a donné en Irak, en Libye et en Tunisie. L’instauration de régime islamiste.

      • « e crois que tu n’as pas compris mon message précédent. Pour moi, idéologie/politique et religion, même combat. »

        En même temps, si vous utilisez les termes d’une manière différente de leur sens usuel, reconnaissez que cela devient un peu dur à suivre.

        « Alors, certes, il y a des groupes anti religion, mais cela ne concerne pas TOUS les groupes. C’est pour ça que je trouve d’ailleurs la démarche de ce blog absurde. D’autant plus que les attaques au message du Christ sont légions dans notre société post moderne (autant dans ces cas là, faire une attaque globale de cette société). »

        Je pense que vous avez vous même compris de travers la démarche de mon blog. Il n’a pas pour but de diffuser l’idée que tous les groupes de black metal sont antichrétiens, mais au contraire de la combattre, en montrant que derrière l’anti christianisme apparent, il y a parfois des questionnements compatibles avec l’enseignement des Evangiles qui se profilent, et qu’il est possible de joindre la musicalité et les thèmes propres au black a une expression soit neutre religieusement, soit proprement chrétienne. Cela ne fait pas forcément de la musique « engagée », mais une musique qui rend compte de certains des interrogations fondamentales qui traversent chaque vie humaine, qu’elle en ait conscience ou non, ce qui est quand m^me l’un des aspects créateurs de l’art en général.

        « Non non, vous devez vous tromper de personne. Je suis beaucoup trop anti chrétien pour être associé à toute cette clique, à toutes ces grenouilles de bénitier.  »

        Fdesouche des grenouilles de bénitiers? Comme quoi chacun voit midi à sa porte.

        « Non, avec toute la merde que les musulmans provoquent dans le monde, c’est un miracle qu’ils ne soient pas lynchés, tout du moins en Europe. J’y vois ici un syndrome typiquement chrétien, lié à la tolérance, à l’accueil de l’autre, à la charité, à la repentance, à la culpabilité mal placée, bref blabla. »

        Concernant l’islam, cf. la réponse que je vous fait dans mon article sur le Nouvelle Droite.

        « Mais c’est génial. J’incite leur combat. Je suis tout contre. Je suis persuadé qu’il faut s’imposer dans la vie si on veut être respecté. Pourquoi je refuserai aux autres ce que je prône moi-même ? »

        Envoyez leur une carte de voeux. Ca leur fera plaisir.

        « A noter que la démarche de ces cathos traditionalistes ne fut pas mauvaise du tout parce qu’elle a permis la venue de groupes croyants au Hellfest,  »

        Tout à fait faux. Plusieurs des groupes chrétiens invités cette année au Hellfest l’étaient déjà en 2009, avant que des catholiques réussissent à persuader Coca Cola de retirer son sponsoring et que la polémique éclate pour de bon.

  15. @etienneweb:

    Jete présente toutes mes excuses pour le retard très important de ma réponse, dû à une grosse décompression pendant les vacances de noël (l’automne a été assez intense pour moi ^professionnellement) qui m’a éloigné plusieurs semaines d’internet en général et de mon blog en particulier.

    J’ai été un peu étonné par la tonalité de ta dernière réponse. J’ai l’impression que tu t’es senti remis en cause personnellement par mon commentaire. Or, quand j’écrivais que la lecture que tu proposais était réductrice, je ne disais pas que l’ensemble de ton appréciation du rock et du metal l’était. Je sais que tu as une discothèque très fournie, que tu lis et rencontre depuis des années des spécialistes du sujet et que tu fais de gros efforts pour proposer une anlyse nla plusnuancée possible. Cequi me semble réducteur, c’est de subordonner le pôtentiel du metal ou du rock à leurs origines historiques. Certes ils sont liés à un contexte de révolte sociale, de libéralisation morale, qui apparaissent peu compatibles par de nombreux aspects avec l’enseignement de l’Eglise. Mais cela ne signifie pas je le maintiens, que leur essence et leur évolutions futures soient limités par cette origine. Le théatre est né du paganisme: on trouve des pièces chrétiennes. Le néo platonisme est une philosophie d’origine païenne, dont certains des meilleurs représentants l’ont utilisée comme une arme de guerre idéologique contre le christianisme naissants. Pourtant, le néo platonisme a eu une influence décisive sur l’élaboration de la théologie chrétienne, au travers d’auteurs comme le pseudo Denys ou Saint Augustin. Alors en quoi le fait que le rock ou le metal ont des origines historiques contestataires empêcheraient que, de la même façon, un rock ou un metal chrétien puisse naitre. J’ai dit que la lecture que tu proposait était réductrice, au sens où elle réduissait à son origine historiques un un mouvement musical qui est à mon avis beaucoup plusriche que ça. Ce qui me semble un peu dommage.

    • Cher Manu,

      Permets moi tout d’abord de te présenter mes meilleurs voeux de bonne, et surtout sainte année…
      Ensuite, je te présente mes excuses concernant le ton que j’ai utilisé sur la réponse que je t’avais faite, rapport à ma pseudo vision « réductrice » que j’ai cru que tu pensais sincèrement à mon égard…
      Mais puisque tu parles de Platon, je tiens à le citer : « Introduire une nouvelle forme de musique, c’est un changement dont il faut se garder, comme d’un péril global : c’est que nulle part on ne touche au modes de la musique sans toucher aux lois les plus importantes de la Cité »… Je crains fort, malheureusement, que ce soit le cas du rock et de ses dérivés…(Cité dans Christophe Pirenne, « Une histoire musicale du rock », Fayard, 1ère ed 2011)
      Après… pour la suite, savoir si la musique rock peut être conciliée avec un message évangélique, pourquoi pas ?…(ça va te faire rire, je sais… puisque j’ai écrit que ça me semblait incompatible avec un tel message, ce que je pense toujours, du moins pour le principe (il y a des exceptions quand même), mais ça relève d’une opinion, et non d’un jugement de ma part)… Après tout, c’est vrai, le rock reste de la musique, et relève de l’art. Le même Christophe Pirenne cite à ce sujet Descartes : « Pensez vous que Dieu ait créé les bonnes choses pour les imbéciles ? » Traduction : Pensez vous que Dieu ait créé la musique pour les imbéciles ? Sauf que je ne suis pas certain que la musique soit une « création » divine, mais plutôt humaine, et je ne suis pas certain non plus que le rock ne s’adresse qu’à des imbéciles.

  16. […] black metalleux, ironiquement proche sur ce point de certains catholiques hostiles au metal, semble appeler de ses voeux le retour d’un christianisme “fort”, comparable à celui des Croisades, et […]

  17. @Corvus:

    Sur les arguments que vous opposez à Natural Induction, j’y reviendrai également dans la seconde partie de « Black metal, Nouvelle Droite et christianisme: l’amour est-il une capitulation? ».

  18. Corvus ou Baal, quelle importance ? Says:

    Darth Manu : « Je pense que vous avez vous même compris de travers la démarche de mon blog. Il n’a pas pour but de diffuser l’idée que tous les groupes de black metal sont antichrétiens, mais au contraire de la combattre, en montrant que derrière l’anti christianisme apparent, il y a parfois des questionnements compatibles avec l’enseignement des Evangiles qui se profilent, et qu’il est possible de joindre la musicalité et les thèmes propres au black a une expression soit neutre religieusement, soit proprement chrétienne. Cela ne fait pas forcément de la musique “engagée”, mais une musique qui rend compte de certains des interrogations fondamentales qui traversent chaque vie humaine, qu’elle en ait conscience ou non, ce qui est quand m^me l’un des aspects créateurs de l’art en général. »

    Et comment une musique qui se base sur la haine et la froideur peut elle prendre son inspiration dans le message du Christ ? C’est comme vouloir faire dire à un film d’horreur qu’il est intrinsèquement raffiné ou pacifique. C’est comme vouloir faire passer un message guerrier par l’intermédiaire de « la Petite Maison dans la Prairie ». Vous voyez bien qu’il y a un problème et que la crédibilité suppose un minimum de cohérence entre le fond et la forme, de concordance entre le message et son support. En quoi le message du Christ peut-il se marier, techniquement, matériellement à la musique du Black Metal ? Je ne parle pas du heavy metal ou du hard rock mais bien du black metal ou du death metal.

    « Tout à fait faux. Plusieurs des groupes chrétiens invités cette année au Hellfest l’étaient déjà en 2009, avant que des catholiques réussissent à persuader Coca Cola de retirer son sponsoring et que la polémique éclate pour de bon. »

    Ok, mais j’ai toujours tendance à penser qu’on se fait entendre lorsqu’on manifeste. Les sourds muets sont souvent peu écoutés. Et pour cause, comme ils ne disent jamais rien, on a toujours l’impression qu’ils vont bien.

    • « Et comment une musique qui se base sur la haine et la froideur peut elle prendre son inspiration dans le message du Christ ? C’est comme vouloir faire dire à un film d’horreur qu’il est intrinsèquement raffiné ou pacifique. C’est comme vouloir faire passer un message guerrier par l’intermédiaire de “la Petite Maison dans la Prairie”. Vous voyez bien qu’il y a un problème et que la crédibilité suppose un minimum de cohérence entre le fond et la forme, de concordance entre le message et son support. En quoi le message du Christ peut-il se marier, techniquement, matériellement à la musique du Black Metal ? Je ne parle pas du heavy metal ou du hard rock mais bien du black metal ou du death metal. »

      Parce que la haine et la froideur ne résument pas l’enemble du message du black metal: la souffrance, le désespoir, la colère sont des émotions qui sont très bien véhiculées par cette musique, et que chaque chrétien rencontre dans son cheminement spirituel. La Bible elle-même regorge de passage d’abatement, de révolte ou de colère, y compris de la part des plus grands prophètes. C’est sûr qu’on ne va pas faire un Alleluia sur de black metal, mais l’angoisse et la souffrance de la Passion sont tout à fait compatibles avec cette musique.

      Par exemple, je trouve pour ma part que le contraste entre les paroles de Path of Pain de Crimson Moonlight et la musique fait sens, et que la musique et les paroles s’enrichissent l’une l’autre:

      « Path Of Pain

      But suddenly I felt
      His arms around me
      At last He had come
      The Son of Man spoke to me:
      « You… » the voice came, « beloved one »
      He raised me up
      And walked before me
      And I followed his footsteps
      With a sound of deliverance
      A small and hidden gate
      Was opened for me

      « Follow me », he said
      And invited me
      Into the landscape
      From where I first came
      We sat down by a fire
      And while his eyes penetrated me
      He started to show me
      The purpose of all my pain

      « You see », He declared
      « I myself once did this for you »
      « For me », I replied. « Why? »

      He continued:
      « I once walked this path of pain
      But I went much deeper
      Than you ever may do
      My love for you knew no end
      And therefore I did
      I had to sacrifice my life that time
      And I did it
      Because of the never fading love I have for you
      But, though your pain was terrible
      And I saw no end to your sufferings
      I have walked the whole path with you
      You have not taken one single step
      Without me seeing it
      And I have heard every one of your words
      I heard when you cried for help
      When you asked the Father to see your pain
      Behold the path now lying behind you »

      I turned and watch
      The steps on the road
      Each one of them was covered with blood
      As steps before also were
      His smile told of his great love to me
      And as I started to cry tears of relief
      He made a statement

      Beloved one, I may not tell you why
      I let you face situations like these
      But I give you a promise…
      I will never do these things
      To hurt you in any way
      But to strengthen you for future walk
      And remember
      Beloved one you will never be able to walk
      Deeper into the unknown parts of the forest
      Than I have done
      I have walked the whole way
      And therefore I know how to give you guidance
      When you feel trapped on unknown ways…

      He suddenly stood up and pointed
      In another direction, and said:
      Now walk this way and you will soon be
      Out on the main path again

      He disappeared from my sight
      But my spirit could feel his presence of His
      I trusted His words, and soon I walked
      Beside the clear spring again
      My whole being was strengthened
      And I was armoured with the trust in Him
      I needed for future tests to come
      And I continued to walk the path ahead »

  19. […] On peut donc aisément mesurer à quel point l’affirmation suivante de Corvus est d’une absurdité sans nom: “Voilà pourquoi le Christ a été abandonné. Parce qu’il ne symbolise plus la crainte, ni la peur. Parce que ses messages se sont féminisés un peu comme l’ensemble de la société. Les jeunes hommes ont besoin de se sentir Homme. Ils ont besoin de sentir qu’ils en ont une entre les deux jambes. Je sais, c’est animal mais c’est aussi profondément humain. Parce que l’image de Marie a remplacé l’image d’un dieu dur, guerrier, qui peut être cruel. Parce que la tolérance tout azimut du Christianisme actuelle mène à la tombe, au remplacement, à la soumission et à la collaboration. Que le Christianisme des Templiers ressuscitent, et vous verrez que les Eglises se rempliront à nouveau” (source). […]

  20. mamanandco forum infertilité Permigo : école de conduite novatrice

    Haine partout, justice nulle part? | Inner Light

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :