Le black metal chrétien: quel intérêt?

Dans la plupart des forums ou des sites fréquentés par des black métalleux, dès qu’on a le malheur de prononcer le  mot « unblack metal »,des réactions du type de celles qui suivent pleuvent:

« Christian Black Metal is an oxymoron« . (Utilisateur JudasChrist de Last.fm à propos de Horde)

« i always thought ,that growling is something like demons voice. I’m christian , and i think still , this band is stupid :/« .(Utilisateur Przybyly de Last.fm à propos de Horde également)

« unblack metal (christian) bands are influenced by black metal (antichristian) which means they listen to or listened to black metal which means they are hypocrites« . (Utilisateur Ilovepod sur la même page que la citation précédente)

« I associate black metal with brutality and hate because those are the emotions the music conveys – hardly Christian values. I think the problem fans of black metal have with this band is that the tone of the music opposes the lyrical content which are fundamentally irreconcilable. In the words of Avather of Thyrane: « […]many people doesn’t seem to realise what is BLACK Metal itself… Black Metal is metal music with Satanic lyrics. There is no other way to describe it. » » (Utilisateur LostArk de Last.fm à propos de Crimson Moonlight).

« Black Metal is anti-christian by nature (obviously they don’t just attack christan ideas but they do propose an alternate world different from the one christian ideals propose)… so a band with pro christian ideals is completely paradoxical, thats why they often called unblack metal which is totally absurd… » (Utilisateur Jzep de Last.fm à propos d’Antestor).

Faire du black metal avec des paroles chrétiennes serait contradictoire, parce que le BM en tant que genre musical aurait été conçu pour exprimer des émotions et des idées antithétiques de celles valorisées par le christianisme.

En effet:

– Le terme black metal a été utilisé à l’origine pour désigner des groupes au message sataniste ou anti chrétien: ainsi, au début des années 1990, Deicide ou Venom, dont la musique n’est pas du black metal, ont pu être appelés comme tels du fait de leurs paroles.

– la plupart des fondateurs effectifs du genre, et la majorité des groupes, expriment dans leurs morceaux et leurs interviews une aversion violente pour le christianisme. Plusieurs membres de groupes de black metal ont de surcroit été condamnés pour des incendies d’églises, des profanations, etc.

– Musicalement, le black metal parait inapproprié pour exprimer des émotions « positives ». Le chant est hurlé, froid, et évoque la haine, le désespoir, le mépris ou la colère, et non l’amour, l’espoir, la foi et tout ce qui caractériserait une musique « chrétienne ». Les sons saturés, les blast beats de la batterie, la déstructuration des morceaux participent également de cette vision nihiliste et « haineuse » du monde et brisent délibérément l’harmonie qui semble indissociable de toute musique qui se propose de louer Dieu etc.

– Le black metal valorise l’individualisme et une certaine forme de solitude et d’élitisme, tant dans ses paroles que par son caractère peu accessible en tant que musique, puisqu’il faut une certaine éducation de l’oreille et du goût pour l’apprécier. En ce sens, il ne se prête pas à la démarche de « propagande » qui serait celle de groupes de metal chrétien tels Stryper, pour prendre un nom de groupe de heavy metal chrétien particulièrement connu.

Cependant, le fait historique demeure que le black metal chrétien existe depuis 1992 avec Crush Evil, qu’il a des représentants dans la plupart des pays européens, aux Etats-Unis, en Amérique Latine, etc., et que même des métalleux athés ou hostiles au christianisme saluent la compétence musicale de Crimson Moonlight, Horde, Antestor, Slechtvalk, Frost Like Ashes, Lengsel et d’autres représentants connus du unblack metal.

Ces groupes poursuivent-ils donc une illusion, en associant des paroles chrétiennes à une musique « satanique », sont-ils des hypocrites qui récupèrent un genre inspiré des valeurs mêmes qu’ils entendent dénoncer dans leurs morceaux, ou ont-ils su percevoir dans l’identité musicale du black metal l’expression d’un fond d’émotions et de valeurs similaires à celles qui nourrissent l’espérance chrétienne?

Pour répondre à cette question, je voudrais mettre en évidence deux présupposés des critiques ci-dessus du BM chrétien qui me paraissent erronés:

1) Le black metal serait indissociable de ses origines anti chrétiennes…

Le black metal est un courant musical et comme tel l’expression d’une recherche artistique. Il est par essence un acte de création, et avant de soutenir ou contredire telle ou telle doctrine ou idéologie, il a pour finalité première de manifester de nouvelles formes musicales et de nouvelles significations en harmonie avec la vie intérieure, les émotions et les interrogations et convictions de l’artiste ou des artistes qui sont à l’origine de tel morceau, de tel album, etc. On peut être attiré par cette musique à cause de sa réputation sulfureuse et des thématiques blasphématoires ou satanistes de certains groupes, mais on y adhère parce que la musique correspond à un évènement de notre vie intérieure. Ainsi, dans son livre L’Age du Metal, paru aux éditions du Camion Blanc, le père Robert Culat rapporte les témoignages de nombreux métalleux qui initialement attirés par les dehors provocants et morbides du BM, ont rapidement dépassés ceux-ci pour ne plus s’intéresser qu’à sa dimension musicale.

Il n’a pas vocation à se figer dans l’expression de tel ou tel courant de pensée ou dans la dénonciation de tel ou tel autre, mais chaque groupe, chaque album, chaque morceau, s’efforce de mettre à jour de la manière la plus fine possible les émotions et les sensations que le compositeur tient à coeur, et de toucher du doigt ce fond de vérité qu’il lui a semblé trouver dans l’écoute d’une telle musique et qui lui a fait désirer créer.

Le black metal, comme tout courant artistique, puise son sens dans l’évolution des formes qui le composent, n’en déplaise aux doctrinaires du « True Black Metal« , et s’il a pu faire ses premières armes dans l’expression de thématiques satanistes, néo-paiennes ou athées, la palette de sentiments « sombres » qui lui donnent sa force musicale, si elle trouve une correspondance dans un imaginaire chrétien, musulman, juif, bouddhiste, etc., ne peut qu’y trouver l’occasion de nuancer et de renouveler son identité musicale, de lui donner une nouvelle actualité, de la redynamiser…

2) Le christianisme ne valoriserait que les émotions « positives », telles la joie, l’amour, etc. Le black metal serait donc une musique beaucoup trop sombre pour servir de support de manière convaincante à un message chrétien…

Un tel argument me parait méconnaitre la  réalité de la pratique chrétienne. Chaque croyant, baptisé ou non, clerc ou laïc, qui s’est essayé quotidiennement à l’imitation du Christ, s’il a été par moments ou de façon régulière touché par la Présence perceptible de l’Esprit Saint en lui, doit le plus souvent persévérer en proie au doute, à l’angoisse, au désespoir, voire à l’incompréhension, à la révolte, à la colère… L’Ecclesiaste, le Livre de Job, de nombreux psaumes, les supplications des prophètes à Dieu, le récit dans les évangiles de la Passion du Christ, sont remplis d’images, de questionnements et de supplications qui trouvent tout autant leur place dans les thématiques du black metal, voire de manière beaucoup plus vraie et profonde, que les provocations de tant de groupes satanistes ou qui affectent de l’être.

Il est vrai que ces thématiques ne constituent pas l’horizon définitif du croyant, mais sont vécues à la lumière de l’espérance pascale. La souffrance, le doute, le désespoir, ne sont pas valorisés en soi mais endurés dans l’attente de la Grâce et d’une vie nouvelle, mais elle sont quand même le quotidien de tout croyant, y compris les plus éminents, comme en témoignent par exemples les récits autobiographiques de Sainte Thérèse d’Avila et de Sainte Thérèse de Lisieux. Et il me semble qu’il y a également une forme de désir d’éternité, voire d’espérance, qui est en germe dans le black metal tel qu’il existe actuellement, comme j’ai essayé de le montrer dans un précédent article.

Pour apporter mon témoignage de catholique pratiquant et d’amateur de black metal, non seulement l’écoute régulière de cette musique ne me parait pas faire obstacle à mon cheminement spirituel, mais j’ai été souvent surpris de constater à quelle point elle m’apaisait et me permettait de prendre de la distance par rapport à mes doutes et mes moments de souffrance, de colère, ou de désespoir.

Pour résumer, l’intérêt du black metal chrétien (qu’on approuve ou pas l’opportunité du terme « unblack metal » pour le désigner: je ne suis moi-même pas complètement fixé sur cette question) pour le black metal est de renouveler et d’approfondir l’éventail de thématiques et d’émotions qui nourrit et donne sens aux choix musicaux qui le définissent, et pour le christianisme d’exprimer musicalement de manière inédite et profonde des expériences indissociables de toute vie spirituelle, mais douloureuses et difficiles à cerner et à dépasser.

Et pour conclure je voudrais partager avec vous la musique et les paroles d’un morceau de black metal chrétien qui m’a personnellement touché (plus d’informations sur le groupe Deborah ici: http://www.myspace.com/deborahband):

Soteria The key to bring salvation
The gate to give redemption
The access to be free

Soteria The bless who came to heal you
To give the peace and safety
To prosper, to preserve,
Your soul

There are so many wealth,
Prepared for you

The miracle,
Doesn’t come from witchcraft
The answers,
Doesn’t come from a ouija board
Your destiny,
Doesn’t come from tarot…no…
The solution,
Doesn’t come from rituals or suicide

There was a man,
Who came to set free your soul

His sacrifice was the price,
For you and me

The world,
The world is lost in wrong ways
Is lost,
Is lost in vanities of mind
Searching,
Searching for answers but
Don’t want,
Don’t want to hear the only true

There are,
There are so many souls
Confused,
Confused and destroyed by
Themselves,
Themselves they can not see
That the, solution,
Solution is at hand

Receive…your health
Receive…the light
Open…your eyes
Is time…to fly

Oh Son of God
Come fill their hearts
Come heal thie lifes
They need your sign (source: http://www.metal-archives.com/release.php?id=169814)

Publicités

8 Réponses to “Le black metal chrétien: quel intérêt?”

  1. […] esthétique et existentielle/spirituelle dans le black metal Comme je le soulignais dans un précédent article, le black metal, en tant que musique, est un acte de création. Il est également une tentative de […]

  2. Un autre catho fan de metal Says:

    Tres bel article très bien construit^^
    Moi aussi je suis chretien catho fan de metal.
    Il y a un forum de discussion de passionné de metal chretien qui s’intitule WM4C.
    http://wm4c.forumactif.com/forum
    J’espere que tu vas te joindre a nous
    A bientôt j’espere sur WM4C

  3. […] Contradiction insoluble? Je ne le pense pas. En effet, comme j’ai cherché à le montrer précédemment, la souffrance, la colère, l’angoisse, le désespoir, toute la palette des sentiments […]

  4. En tant que vieux fan de Métal (et particulièrement de Black Métal depuis la découverte stupéfiante que fut pour moi « The Return.. » de BATHORY en 1986) j’adhère totalement au sens de cet article.
    Il nous rappelle que , non, le christianisme n’est pas mièvre, contrairement à l’image que certains athées militants ont pu en faire passer, et que, de surcroît, le black métal, en tant qu’expression artistique d’une grande sensibilité, peut tout à fait être la bande son de la douleur chrétienne, la passion du christ et cette colère et cette déprime qui peuvent envahir le croyant.
    N’oublions pas que les « satanistes » sont des croyants, de fait. Qu’ils croient forcément au Christ fils de Dieu. Ainsi, ils sont « l’inversion » du christianisme, rien de plus.
    Il me semble donc légitime que le Christ récupère son bien !
    Vive donc HORDE, CRIMSON MOONLIGHT, HORTOR; EVROKIDON, A HILL TO DIE UPON, ANTESTOR et les autres !
    Un site pour acheter du Unblack :
    http://www.nordicmission.net/
    Un forum pour en discuter :
    http://wm4c.forumactif.com/forum

  5. Salut , superbe article.
    J’ai longtemps été dans le DSBM avant de sentir un appel de Dieu et de me convertir.

    Quel choc , moi qui ne vivait que de métal et d’eau fraîche !
    Au début ça a été très dur de trancher même si le Christ a été plus fort que le métal !

    J’ai donc stopper quelques mois cette musique , mais quel vide immense ! Je ne perdais pas que de la simple musique , mais c’était mon identité qui partait en fumée !

    Ca a pas duré longtemps ! J’ai replongé dedans avec Brian Head Welch , Madball , etc…

    Et là , petit à petit je re-découvre un monde que j’ai aimé , le monde métal ! Mais en rajoutant chrétien à côté !

    J’étais avant ça , dans ce qu’on peut catégoriser comme baignant dans le True Black Metal , bien anti-chrétien et misanthrope , je ne blague pas ! Nuit et jour j’avais ça dans mes oreilles !

    Mais cet appel , c’est indescriptible ! Et puis le metal chrétien existe , la divine providence fait bien les choses , et ne nous laisse pas seuls avec des chants catholiques qui manquent clairement de peps !

    Nous devons rester soudés , la communauté métal en général est marginale , alors acceptez les metalleux chrétiens qui ont le même amour du métal que vous !

    Ce serait un non-sens pour des metalleux de refuser de pogoter avec d’autres metalleux sous pretexte de religion et genre de metal ! Oué , on parle pas de genre musical là , mais d’une catégorie de métal !

    Comme le Black Metalleux est différent du hardcoreux !
    Pas les mêmes styles de fringues , de groupes , mais un son de titan !

    L’amour du métal est la seul chose qui doit nous souder !

  6. Salut! Je deterre mais je tenais à mettre mon grain de sel! Pour moi, le metal aussi sombre et brutal soit-il n’est pas incompatible avec la foi. Au contraire, quand j’écoute certains groupes d’Unblack, ça me fait penser à des tas de choses sacrées.

    Par exemple la force de la nature, à l’horreur du monde corrompu dans lequel nous vivons, et même à « the whrath of God » la colère (le mot anglais est plus fort) de Dieu, ça traduit le jugement, la justice etc…
    Ca fait aussi penser à la motivation qu’on se doit d’avoir face à l’ennemi, à la brutalité et à la torture infligée à certains croyants, les persécutions physiques et spirituelles etc…
    Aussi, le combat contre notre propre nature pécheresse et la déception de soi,etc…
    Bref un croyant n’est pas un être dépourvu de sentiments forts, aucune créature d’ailleurs…

    Tout comme Le Créateur à séparé la lumière de l’obscurité, il faut les deux pour qu’il y ait la vie non? Il faut le calme et aussi la tempête, le silence et aussi le bruit. C’est ainsi qu’il à voulu la création.

    J’ajouterai néanmoins que la force, la puissance et le bruit, voire même la colère, ne font pas forcément écho au négatif et au mal pas du tout. C’est juste une question d’équilibre, pas d’extrême.

    Pour ma part, c’est comme ça que je vois les choses.

  7. Bonjour à vous.

    « Believer yes i am » chantait le groupe D.A.D dans son titre True believer de l’album No fuel left for the pilgrims.
    Believer yes i am également pour ma part, d’où cette modeste intervention sur votre forum.

    Enfin un forum traitant de cette sainte musique qu’est le Holy Unblack Metal, que je découvre progressivement depuis quelques mois.
    Découvertes à tâtonnement car nombreuses sont les embuches d’un système occidental (européen au moins) profondément anti-chrétien qui censure par une absence de production ces magnifiques groupes que sont Antestor, Holy Blood, Antidemon, Dark Lay Still, Lament, Bride et bien d’autres.

    Pour le petit historique, je suis un pur hardos depuis plus de 25 ans (ratissant large du hard FM / mélodique au Grind core / gothic et …. black metal). J’accroche sur chaque style (hormis l’indus peut-être).

    Mon approche dans le hard est toutefois particulière ;
    C’est d’abord une passion musicale, c’est ensuite une question de personnalité. D’aucuns diront « difficile de concilier foi chrétienne et metal », je répondrais pourquoi ? Dès lors que la passion ne devient pas une idole passant avant le Créateur, mais au contraire un instrument pour renforcer sa foi.

    La question se pose de l’approche de groupes de black metal dont par une espèce d’amalgame certains prétendent qu’il s’agirait d’un style anti-chrétien.

    A mon sens, comme d’autres l’ont écrit ci-avant, il faut rétablir la réalité en disant que même au-delà d’une opposition BM / HUBM, le BM n’est pas intrinsèquement sataniste.
    Il s’agit que d’une coloration que certains groupes entreprennent pour faire passer un message.

    Ainsi, connaissant la réputation particulièrement noire de certains groupes aux idées satanistes bien arrêtées (Que Dieu les pardonne car ils ne savent pas ce qu’ils font) je tente de distinguer ou discerner l’âme du groupe ;
    En effet, une chose a toujours prédominé chez moi pour les groupes prétendus satanistes : discerner le message : soit il est profondément et idéologiquement sataniste (ex : deicide) et je le rejette totalement et irrévocablement (sauf erreur ou naïveté de ma part), soit le message est pure provoc ou démarche commerciale (ex : slayer, necromantia…) et j’achète.

    Mais mon approche et mon leitmotiv demeurent toujours ceux de l’amour de la musique, de l’harmonie, des sens par-dessus tout (car bien qu’il s’agisse de black metal, la musique peut-être majestueuse en dépit d’un message que je rejette (ex : Necrophobic, Cradle of filth, Usurper…).

    Parallèlement, j’ai toujours recherché à faire prévaloir, écouter et acquérir les albums de groupes dont les membres avaient la foi en Dieu et n’étaient pas mus par ces fausses idoles qui font tant de mal. Bref, des groupes comme Iron Maiden, Savatage, Alice Cooper, Megadeth… jusqu’à apprendre l’existence d’un style nommé metal chrétien ou white metal (ex : bride, believer, stryper, holy soldier…);
    Une fois l’information acquise la difficulté est toutefois devenue celle de l’absence de commercialisation.

    Si Internet est un excellent remède à cette censure (préméditée ou pas, ce n’est pas le sujet, mais un débat pourrait être lancé sur cette question) par manque de commercialisation, il n’en demeure pas moins qu’il est profondément injuste de voir que des groupes de Unblack dont le talent est immense, ne seront jamais connus de nombreux hardos/metalleux pour cette seule raison totalement discriminatoire qu’il s’agit de groupes qui ont le foi en Dieu.

    Je ferme la parenthèse pour revenir au sujet du départ :

    Tout ça pour dire, que d’une part on peut être Chrétien et apprécier le black metal indépendamment de son message (sauf cas extrêmes aux messages particulièrement péremptoires) et que d’autre part, si une « école de pensée » du BM entend avancer un message funeste, elle a son pendant, son reflet exactement inverse qu’est le Unblack et qui constitue une juste réparation aux
    blasphèmes de certains.

    En conséquence, à mon sens il est bon et saint que ce « mouvement » du HUBM soit né mais ce dont il faut se garder c’est de faire du Unblack un style trop cloisonné et différencié qui serait opposé au BM dans son ensemble ce qui risquerait de faire le jeu des vrais groupes satanistes, qui dès lors pourraient s’accaparer l’ensemble d’un style musical qui demeure encore souvent neutre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :