Témoignage d’un métalleux chrétien (Auteur invité)

Diminishing Diabolical Strongholds Vol. 1

Après Elie, c’est maintenant Lou Tou qui vient nous apporter son témoignage, et en profite pour nous présenter le groupe facebook « Vive le metal chrétien! » qu’il a créé, qui en plus d’être une communauté pour les métalleux chrétiens, met à jour régulièrement une liste des groupes de metal chrétiens en activité, par styles de musique.

J’en profite pour dire que si je me réjouis bien évidement de cette mobilisation de « cathos métalleux », cette rubrique est également ouverte à des points de vue contraires, et que si par exemple un metalleux non chrétien veut exposer de manière argumentée, comme un essai,  ou sous forme de témoignage ses réticences (ou sa colère, ou son indifférence…) à l’encontre du metal chrétien, voire du christianisme en général, il est le bienvenu. De même, la forme du témoignage et la question metal/foi ne sont que des possibilités, des analyses sur tel ou tel aspects du metal pouvant par exemple en être une autre.

J’ai découvert le hard rock quand j’était en 5ème avec Aerosmith c’est à dire à l’âge où on ne se pose pas beaucoup de questions spirituelles…Pourtant, je me rappelle que nous étions 3 à écouter du hard rock /neo metal (ce qui était pour nous le plus extrême de la musique ^^), cependant j’était choqué par l’imagerie des T-shirts de Marilyn Manson que portait un des élèves de ma classe.

J’ai continué à écouter Aerosmith et quelques groupes de néo jusqu’en fin de 3ème où j’ai fait une dépression…J’était envahi de questions entre autres spirituelles et affectives.

C’est alors que j’ai commencé à écouter d’autres groupes qui pour moi étaient encore plus extrêmes tels Apocalyptica ou System of a Down…).

Sur le moment ces groupes m’aidaient à exterioriser une rage que je ne pouvais plus contenir. Cependant dans l’esprit de l’éducation que j’avais reçu, metal rimait avec satanisme. Au point culminant de ma depression, lors d’appels au secours, je me suis donc cru « sataniste ».

Inutile de préciser que ma famille a immédiatement détruit tous les cds de metal que je possédais « pour mon bien ». Je vous raconte cela pas pour leur jeter la pierre mais pour montrer ce que les clichés peuvent engendrer .

Ma depression a duré toute l’année qui a suivi et j’ai alors découvert le metal chrétien avec le groupe de neo metal chrétien français Space in your Face. Cependant j’étais en croisade assez violente contre les groupes de metal que je considérais comme « satanistes », tels Slipknot etc..

C’est aussi durant cette année que j’ai découvert l’amour de Dieu à travers du rock chrétien (le groupe français P.U.S.H.), et differents groupes de prières… Mais plus intérieurement en m’appropriant le sacrifice du Christ à la Croix (cette folie de la Croix dont parle Paul dans ses épitres.) En me disant, « Jésus est mort pour moi, par amour, pour me sauver ».

Ma redécouverte de l’amour de Dieu s’est donc opérée en même temps que celle du metal (et cela continue chaque jour).

Mais j’ai vraiment découvert un aspect plus profond du metal en m’y jetant la tête la première ! J’ai donc passé un an à découvrir la richesse de chaque style et en référençant sur une page facebook ( « Vive le metal chretien! » note de Darth Manu ) tous les groupes chrétiens que je trouvais !

En même temps j’ai découvert que le metal non chrétien pouvait aussi être porteur d’un message profond et me rejoindre dans ma vie quotidienne.

Enfin j’ai découvert qu’une véritable fraternité rassemble les metalleux lors de concerts etc… et qu’ils vivent cette communion avec beaucoup de simplicité.

Je crois que le metal peut vraiment apporter « un supplément d’âme » comme dit le père Robert Culat. Ce qu’on expérimente dans le metal est transcendant, ce qui rapproche cette musique de la spiritualité. C’est pourquoi je vous invite tous à rentrer à fond dans la profondeur de cette musique en dépassant l’aspect « gros bruit », et à aussi à rentrer à fond dans le mystère chrétien ! L’un et l’autre vous ferons certainement grandir en humanité !

Ps: J’ai conscience du côté très brouillon de mon témoignage et m’en excuse très humblement …

Publicités

15 Réponses to “Témoignage d’un métalleux chrétien (Auteur invité)”

  1. Bonjour,

    J’aimerais bien en savoir plus sur les relations de vos groupes chrétiens avec ceux de métal plus « traditionnel », n’êtes-vous pas vu comme trahissant l’esprit du métal? C’est un milieu que je connais peu alors peut-être que ma question est sans fondement mais je serais quand même curieuse de savoir…

  2. @ Lou Trou,

    L’amour de Dieu vous a saisi et c’est une grande qualité de ne point lui résister.
    Permettez-moi quelques questions. En effet, il n’est pas vraiment question de black metal dans votre témoignage.

    J’aimerais savoir, d’après vous, si l’écoute assidue de du black ou du death metal en général et du metal sataniste ou anti-chrétien e particulier est de nature à :
    nourir et enrichir les valeurs évangéliques chez le chrétien,
    favoriser l’accueil de la Parole de Dieu et celle de l’Eglise chez les non croyants,

    J’aimerais aussi avoir votre point de vue concernant l’impact de l’écoute assidue du black ou du death en général et du metal sataniste en particulier sur une personne en souffrance.

    « Ce qu’on expérimente dans le metal est transcendant, ce qui rapproche cette musique de la spiritualité ». Ce que vous écrivez là, est-ce valable indistinctement pour tous les genres metal ?

  3. @les yeux ouverts !
    J’écoute du black metal et du death metal très régulièrement . Pour moi le black metal est comparable à certains psaumes…Le Ps88 en est un excellent exemple: « Dans ma nuit je crie devant toi ». Crier notre incompréhension du monde, de ses valeurs etc… est une manière saine de les extérioriser, surtout quand on s’adresse à Dieu.
    Le death metal pour moi prends une autre signification: plus une valeur d’encouragement, de force, et rends plus vivante la guerre contre le pêché.
    Chaques genre de metal à ses spécificités… Et pour moi chacune m’apporte de manière différente ce dont j’ai besoin.
    Pour ce qui est de l’accueil de la parole de Dieu chez les non croyants, je me sent particulièrement concerné par l’évangélisation. Le metal est un formidable terrain d’évangelisation car les groupes de metal chrétiens sont écoutés par une majorité de non croyants.
    Un exemple: j’ai été l’année dernière au concert de becoming the archetype (death progressif USA, ouvertement chrétiens) , la salle était remplie au 3/4 de non croyants ! Un prêtre était là en col romain pour profiter de la musique parmis la foule.
    C’est pour moi notre mission d’aller là où les gens sont et de ne pas forcer leurs barrière mais d’être juste présents. Au hellfest cette année le groupe For Today a été invité, c’est un groupe qui exhorte à la conversion chaques concert.

    L’écoute de metal pendant une periode de déprime peut se manifester de différentes manières: elle peut aider à en sortir et au contraire enfoncer…mais c’est le cas pour toutes les musiques…

    • @ Toussaint Louis et Darth Manu,
      J’entends ce que vous me dîtes sur l’influence du metal chrétien. Mais mon post visait en particulier le metal non chrétien et plus spécialement le metal anti chrétien et sataniste ( Marduk, Rotting Christ, Dead Congregation, Bad religion, God Seed…) invités entre autres groupes au hellfest 2013 ( les éditions précédentes en comportaient d’autres) et dont le collectif « Provocs hellfest ça suffit » rend compte sur son blog en rappelant à juste titre le financement public de ce festival.

      • Sur le metal proprement sataniste, j’ai un billet en préparation qui devrait être publié en milieu de semaine prochaine…

      • Par ailleurs, si je te renvoyais effectivement à un billet qui traitela question du metal chrétien, c’était surtout à cause des analyses que j’y développe, par lesquelles j’essaie de montrer qu’une musique (toute musique) en tant qu’elle est musique , n’est ni chrétienne ni satanique, et que ces significations lui sont apportées par des éléments (texte, contexte, mise en scène, intention de compositeur, mais aussi de l’auditeur) qui sont extérieures à sa structure musicale (même si bien évidement on ne peut pas tout faire à partir de n’importe quel morceau). J’écrivais de manière un peu provocante, mais toute à fait sincère, dans ce billet que:

        « En ce sens, une musique ne peut être « par nature » chrétienne ou satanique, car ce qui constitue celle-ci est d’essence différente des choses spirituelles, qui ne sont pas d’ordre sensible mais surnaturel, quand bien même elle peut avoir, du point de vue de l’art chrétien, pour fonction dans l’art de faire signe vers elle, de manière différente efectivement suivant les propriétés esthétiques de tel ou tel registre, mais sans que celles-ci puissent de façon nécessaire induire ou interdire l’élevation (ou la déchéance) de l’âme de l’auditeur. Et donc le black metal n’est pas plus par nature satanique, que les chants grégoriens, l’oeuvre de Bach ou les albums de Glorious ne sont, de par leur nature musicale considérée en elle-même, de la musique chrétienne. »

  4. Moi je pense que le metal sataniste n’est pas à différencier des autres dans le fait que la musique reste de la musique…Il est vrai que certains de leurs auditeurs sont satanistes et d’autres non… en aucun cas on ne décide pour eux…et ce n’est pas de les retirer du hellfest qui va y changer quelque chose…
    Par contre rajouter des groupes chrétien au hellfest, ça c’est interessant !
    En tant que chrétiens gardons nous de juger ceux qui pensent differement de nous ! (même si je le reconnais c’est très dur)
    à leur place nous ne serions pas forcemment differents !

    • @ Toussaint Louis ,

      Je trouve votre réponse pour le moins discutable, je m’explique.
      Mettre dans le même panier tout le metal n’a pas de sens. La musique, quelque soit son genre et son auteur, a toujours été un mode d’expression artistique et il convient, dans le cas du metal, de tenir compte aussi des images, des symboles, des textes, des intentions…commele rapelle à juste titre Darth Manu dans son post plus haut. Par ailleurs, je ne vous parle pas des auditeurs mais des groupes. Enfin, dans mon propos, je n’ai pas porté de jugement sur les personnes et il conviendrait pour la poursuite de l’échange de bien faire la part de choses.

      @ Toussaint Louis et Darth Manu,

      Je trouve bizarre que l’on évoque le metal « chrétien » si tout est pareil dans le metal et si le metal ce n’est rien que de la musique. Il y a à l’évidence un art chrétien, c’est à dire inspiré par la spiritualité chrétienne et un art qui ne l’est pas, ( ce qui ne signifie pas que cet art là soit à jeter). Comme il y a une culture chrétienne incarnée dans de multiples cultures particulières et différentes et une culture qui ne l’est pas, elle aussi incarnée dans des cultures humaines variées. Comme il y a une culture de vie et ne culture de mort ( cf Evangélium Vitae ou encore Mémoire et identité : incontournables).

      @ Darth Manu,
      Je lirai avec attention tu t’en doutes ton billet.

      • Je ne dis pas que la musique n’est « que de la musique », mais qu’on ne peut pas lier la nature de tel ou tel courant musical à une signification spirituelle précise. Certains qui vont venir à Bach ou aux chants grégoriens pour des raisons religieuses ne vont bientôt plus les fréquenter que pour le plaisir des sens, et chercher ce dernier dans leur écoute au détriment de la prière… D’autres vont acheter des cds de black metal (y compris satanique) par révolte, et à mesure qu’ils écouteront les morceaux et les albums, découvriront au travers d’eux la création musicale, qui deviendra facteur d’intégration et de sociabilisation et les détachera de cette révolte initiale (et bien sûr certains nourriront leur vie spirituelle par l’écoute de Bach et d’autres se complairont dans la violence évoquée par la musique Black metal). Mais par nature, la musique est affaire d’émotions véhiculées par un sens, l’ouïe, et la vie spirituelle n’est pas en son fond affaire de sensations, même si évidemment elle peut, et prend souvent appui sur ces dernières.

        C’est pourquoi, suivant la manière dont on les aborde, et dont on les situe dans notre cheminement personnel, la musique « chrétienne » aussi bien que le metal peuvent sauver ou perdre.

        Et c’est aussi pourquoi je pense que, bien que l’Eglise ait de manière légitime encouragé les musiques qui mettaient davantage en valeur la liturgie, il y a une part d’illusion à distinguer les courants musicaux entre « chrétiens » et non chrétiens, car bien qu’elles peuvent s’appuyer l’une sur l’autre, la musique et la spiritualité sont de nature différente et ont chacune leur économie propre…

        Et c’est pourquoi quand je parle de metal « chrétien », je ne parle pas de tel ou tel style en particulier, ni n’essaie de dégager des caractéristiques musicales qui seraient en elles-mêmes plus ou moins « chrétiennes », mais j’essaie, pour chacun d’entre eux, de réfléchir à la manière dont chacun peut exprimer l’oeuvre de l’Esprit. Car c’est ma conviction et ma foi, comme je l’ai écrit dans l’article « Holy Unblack Metal? », qu’aucune musique n’est imperméable à l’expression de Celui-ci, même si les chemins pour ce faire du black metal sont très différents de ceux de la musique religieuse ou de la pop louange…

  5. @ Darth Manu
    A te lire, j’ai un peu l’impression qu’on peut accoler le terme « chrétien » à côté de « rock » ou « metal ». Des prêtres s’y étaient attachés, il est vrai, comme le Père Berger dans « Bâtir sur le Rock ». Dans la lignée du Père Berger, Monsieur Pierre Benoît, que tu as pu rencontrer le 25 novembre dernier, écrit un ouvrage ayant pour thème « Les Musiques Actuelles Chrétienne », dont je n’ai pas tout lu, mais dont j’ai compris pourquoi il ne souhaitait pas parler de « rock » chrétien… Tout simplement parce que ce terme (« rock ») ne semble pas compatible avec le message évangélique. C’est du moins ce que j’ai compris. Il rejoint à ce sujet l’opinion de Fabien Hein dans « rock et religion » (cité d’ailleurs par lui dans son livre).
    Néanmoins, en grand fan de « rock chrétien », désormais intitulé « Musiques actuelles chrétiennes », Pierre Benoît semble être favorable à des méthodes d’évangélisation au moyen d’un support musical dont l’héritage ne semble pas à proprement parler chrétien (le rock, le metal, etc…) Mais il ne faut plus dire rock, ni metal, il faut dire « Musiques actuelles chrétiennes ». Je suis là-dessus extrêmement dubitatif, (comme tu peux l’être à propos de mon dernier billet, mais là-dessus, je crois qu’on peut se comprendre .;) ).
    Pierre Benoît cite longuement le Cardinal Ratzinger pour étayer son propos, mais je pense sincerrement qu’il fait dire à notre actuel pape Benoït XVI le contraire de ce qu’il pense:

    http://www.scholasaintmaur.net/apprendre-a-prier/jai-fait-un-reve-la-musique-de-palestrina-et-de-gregoire-le-grand-etait-de-retour/

    Il semble que Pierre Benoît distingue entre l’évangélisation hors lieux de culte religieux (les églises) et la musique dans les lieux de culte religieux. Il ne dit pas que la musique rock est liturgique, mais ne dit pas le contraire non plus, et je trouve finalement son propos assez peu clair, noyé dans une masse d’informations intéressantes, mais pas vraiment satisfaisante pour celui qui cherche des réponses. Par contre, il prétend que l’évangélisation par une musique non liturgique en dehors des lieux de culte est possible qu’il intitule « Musique actuelle chrétienne », parce que vois tu, le rock chrétien, c’est pas vendeur… Et de parler de Saint Louis-Marie Grignon de Montfort, du Père Duval et de Soeur Sourire pour étayer son propos…. Dont soit dit en passant, sont des gens qui, s’ils vivaient à notre époque, n’aprécieraient pas forcément des méthodes d’évangélisation au moyen du rock, ce qui reste à démontrer.
    Je trouve même que se rappeler au bon souvenir de Saint Louis-Marie Grignon de Montfort ou au Père Duval (moins pour soeur Sourire) est hors propos, et noit d’autant plus le poisson que les musiques actuelles chrétiennes n’empruntent en rien, ou si peu (sur un plan musical du moins) à Saint Louis-Marie Grignon de Montfort et au Père Duval, mais bien plus au blues, au rock, au metal, etc…, musiques basées sur la mélodie, alors que le rock et le metal sont des musiques d’abord d’essence rythmique (voire ce que pensent Saint Louis Marie Grigon de Montfort et le Saint Curé d’Ars de la danse par exemple).

    Il est vrai pourtant que l’Eglise ne s’est jamais prononcée officiellement sur la perversité d’un genre musical et que les voies de la conversion sont impénétrables, mais les écrits de nombreux saints (comme Saint Denys l’Aéropagyte, par exemple) rejoignent sensiblement l’opinion des anciens grecs :
    « Introduire en effet une nouvelle forme de musique, c’est un changement dont il faut se garder comme d’un péril global : c’est que nulle part on ne touche aux modes de la musique sans toucher aux lois les plus importantes de la Cité » (Platon), Or chacun sait que les 8 modes de grégorien sont empruntés des grecs. Ce ne peut donc pas être à l’Eglise qu’on peut reprocher de toucher aux lois fondamentales de la Cité. Pourtant, lorsque la polyphonie a été inventée, il ne resta schématiquement que les modes dits majeurs et mineurs… De 8, on passe à 2… Ce qui amène donc à un apauvrissement de la musique. Aurions nous déjà toucher aux lois fondamentales de la Cité en se séparant de l’unisson du grégorien ? Que dire aujourd’hui du rock, ou la mélodie passe en dernier ? N’est ce pas toucher aux lois fondamentales de la Cité, et n’est ce pas finalement la détruire ? Comment donc l’Eglise pourrait concilier une musique qui détruit, avec un message qui construit ?

    Je n’ai pas les réponses à ces qestions, bien entendu, et ce sont peut être de fausses questions, mais il me semble que sur le terrain musical, nous risquons d’avoir affaire à deux conceptions radicalement opposées :
    – l’une consiste à dire que matière et forme de la musique sont indissociables et que la musique étant un langage, il faut que ce langage corresponde au message (thèse de Rousseau… qui peut bien avoir raison de ce point de vue…)
    – l’autre consiste à penser que la musique n’est pas forcément un langage, mais le support d’un message, et qu’il importe peu en réalité par quel support le message soit véhiculé, du moment que le message soit positif (Thèse de Pierre Benoît, de Darth Manu, et désormais de la Conférence Episcopale des Evêques de France, et qui s’oppose à celle des anciens grecs).

    • Je te réponds dans le courant de la semaine (sachant que je ne suis pas sûr de retrouver ni le propos de Pierre Benoit ni le mien dans la description que tu en fait, et que je suis dubitatif sur cette référence à la pensée grecque, mais on aura l’occasion de clarifier tout ça ).

  6. Bon, comme je suis un peu débordé, et compte-tenu de la manière dont certaines questions se sont rappelées à moi, je modifie mon planning de publication de la façon suivante:

    – d’ici le prochain we: publication d’un billet sur la question des témoignages de convertis et de leur utilisation en contexte polémique.

    – d’ici la fin du prochain we: réponse au commentaire ci-dessus d’Etienne

    – d’ici une dizaine de jour: billet sur la question des groupes explicitement satanistes qui jouent dans des festivals ou des concerts importants.

    – d’ici la mi-fin février: réflexion sous forme de billet sur les critiques adressées au metal sur le plan de la santé (physique ou psychologique), qui serivra également de réponse au billet récent d’Etienne sur le blog du Collectif…

    – j’essaierai aussi de faire le plus tôt possible un billet sur la réception des groupes chrétiens dans le milieu du metal, en réponse à la question de Pensées d’une musulmane à laquelle j’ai quelque peu oublié de répondre plus en détail, comme je l’avais promis… (toutes mes excuses!)

    (et sinon, je signale à ceux qui ne l’aurait pas vu que j’ai ressuscité il y a quelques mois mon ancien blog, Aigreurs administratives, en changeant d’hébergeur: http://aigreurs-administratives.blogspot.fr/ )

  7. […] un billet sur la réception des groupes chrétiens dans le milieu du metal, en réponse à la question d’une lectrice en commentaire d’un précédent […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :